Paradise Papers: Bernard Arnault se défend d'être dans l'illégalité

Paris, 8 nov 2017 (AFP) - Dans le cadre de l'enquête sur les « Paradise Papers », Le Monde affirme que Bernard Arnault et LVMH ont placé « des actifs dans six paradis fiscaux différents ». Ceux-ci ont été « constitués de manière parfaitement légale », répond la première fortune de France, dans une déclaration transmise à l'AFP.

Bernard Arnault - LVMH

Le quotidien français - qui fait partie du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) dévoilant depuis dimanche des enquêtes basées sur une fuite de millions de documents financiers - affirme que Bernard Arnault aurait « fait appel à au moins huit cabinets de conseil différents pour localiser ses actifs dans six paradis fiscaux différents ».

« Tous les actifs évoqués dans cet article ont été constitués de manière parfaitement légale et sont naturellement connus des autorités fiscales », a affirmé Bernard Arnault dans sa déclaration.

Le milliardaire dénonce « une opération journalistique de ce média pour créer une sensation en utilisant (son) patrimoine », et dénonce le fait que certains de ses investissements ont été « présentés comme des biens cachés et non déclarés, fiscalement répréhensibles, ou à la limite de la légalité ».

Dans son article, Le Monde cite notamment une propriété au nord de Londres de 4 300 m2, dont le propriétaire apparaissait jusqu'à présent dans le cadastre britannique comme « une simple société enregistrée à Jersey » : mais les investigations du Monde dans les « Paradise Papers » révèlent qu'« il s'agit de Bernard Arnault », écrit le quotidien.

Cette propriété « est déclarée depuis l'origine aux autorités fiscales françaises comme anglaises, et a fait l'objet, depuis son acquisition, du paiement de l'ISF », affirme pour sa part Bernard Arnault.

Il assure en outre que le « mode de détention » du bien ne l'a « fait bénéficier d'aucun avantage fiscal, de même que les autres actifs évoqués ».

« A aucun moment, tout cela n'est mentionné dans le journal alors que cela a été expliqué au rédacteur de l'article; seule la recherche d'un effet journalistique était visée », affirme le milliardaire.

Dans son article, Le Monde affirme de son côté avoir « sollicité » l'homme d'affaires « sur la légalité de ce montage et pour savoir s'il était déclaré au fisc", mais que Bernard Arnault "s'est refusé à tout commentaire ».

Le milliardaire conclut sa déclaration en soulignant qu'il « figure parmi les premiers contribuables français » et que le groupe LVMH, dont il est le principal actionnaire, « verse plus d'un milliard d'euros d'impôts en France annuellement ».

Dans son article, Le Monde a cité également un « luxueux yacht de 101 mètres réputé appartenir » à Bernard Arnault, « détenu par une société maltaise » avec « des prête-noms qui dirigent et possèdent officiellement les parts » de cette société, « mais qui appartient en réalité à LVMH, comme le révèle une petite ligne dans le rapport annuel du groupe ».

« Les empreintes du champion du luxe » ont aussi été relevées au Luxembourg, affirme le quotidien, où une holding du milliardaire aurait été utilisée pour des investissements dans des fonds luxembourgeois, selon son enquête.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversMédias