Paris : 2016, année d’accalmie pour les loyers commerciaux

L'année 2016 a été marquée par une accalmie sur les loyers commerciaux d'Ile-de-France, selon le cabinet spécialisé dans l'immobilier d'entreprise Knight Frank, avec une stabilisation observée en dehors des opérations exceptionnelles ayant rythmé l'année. Le cabinet note cependant que l’écart continue à se creuser entre les emplacements n°1 et les bis et secondaires, les premiers étant toujours courus avec des prix au mètre carré pouvant atteindre 20 000 euros sur les Champs-Elysées par exemple.
Les loyers commerciaux parisiens se sont stabilisés en 2016, en dehors des opérations exceptionnelles - Knight Frank

"Clairement, l'année 2016 s'est traduite par une année de pause", résume Cyril Robert, directeur des études et recherches de Knight Frank. Nous n’avons pas assisté à des départs d'enseignes, mais par contre il y a eu des décisions d’arbitrage : on se positionne uniquement sur certains types d'emplacements et on se montre précautionneux sur les valeurs de commercialisation."
 
"La grande question demeure le retour des touristes, pointe en outre le responsable. Les chiffres de fin d'année sont plutôt favorables mais, clairement, personne ne peut garantir qu'il n'y aura pas de nouveaux évènements capables d'entraîner une nouvelle chute. Des actualités comme l'affaire Kardashian ne donnent clairement pas une bonne image."
 
Excepté pour le Proche et le Moyen-Orient, la clientèle étrangère est en baisse dans la capitale - Knight Frank

Sur l’année 2016, Paris a en effet connu un recul de 12 % des arrivées hôtelières venant de l’étranger. Avec des chutes spectaculaires touchant notamment la Russie et l’Italie, en baisse de 33 %, et même de 47 % pour les touristes japonais qui sortent pour la première fois du top 10 des pays visiteurs. Un problème quand près 40 % des commerces parisiens réalisent la moitié de leur chiffre d’affaires grâce à la clientèle internationale.
 
Mais les surfaces commerciales vont également devoir jouer avec un nouvel élément : face à la pénurie de bureaux à acquérir, les investisseurs se tournent progressivement vers les commerces, avec notamment un appétit fort pour les actifs mixtes dans les belles rues commerçantes. "La concentration des ambitions sur l’hypercentre participe à l'augmentation des prix au mètre carré, les loyers continuant eux aussi une progression qui n'est certes pas de la même ampleur."
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

ModeLuxeBeautéArt de vivreDistribution