Paris Fashion Week : les tendances du printemps-été 2018

Les collections de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2018, présentées à Paris du 25 septembre au 3 octobre, ont mis en avant notamment dix grandes tendances, confirmant la créativité de la place parisienne. Les couturiers ont dessiné les contours d’une nouvelle femme de plus en plus versatile et portée par la mixité, où les vêtements sont décomposables et interchangeables entre pièces très classiques revisitées et constructions futuristes.
 
1) Le trench

Voir le défilé
Agnès B propose le trench maxi - © PixelFormula

Cette pièce classique de la garde-robe chic féminine s’impose comme l’élément incontournable de l’été prochain. Si beaucoup le proposent dans sa version la plus simple, souvent porté comme une robe, resserré à la taille par une ceinture grand format, la plupart des créateurs ont préféré le revisiter : transparent chez Chloé, découpé chez Maison Margiela, façon peignoir tapisserie chez Dries Van Noten, avec de grands revers rabattus chez Céline.

2) Black and White

Voir le défilé
Guy Laroche, la femme fatale en noir et blanc - © PixelFormula

L’élégance parisienne passe par le retour de ce grand classique. Les looks en noir et blanc sont partout, très souvent même, ils complètent à eux seuls l’entière collection comme chez Guy Laroche. Mugler, Balmain, Ann Demeulemeester, Olivier Theyskens, Off-White, Lutz Huelle ont offert les variations les plus intéressantes sur le même thème. Avec une mention sexy pour Isabel Marant, qui ose le tablier en dentelle blanche porté sur le body noir.

3) Effet boule-épaules gonflées

Voir le défilé
Anrealage décline les robes-parachute - © PixelFormula

Dans une vision plus adoucie de la femme, les créateurs ont notamment travaillé sur les formes arrondies cette saison, pour aboutir très souvent à la notion de cocon, enveloppant le corps. En particulier le haut du corps et les épaules, qui gonflent démesurément avec pléthore de manches ballons ou gigot surfant sur les années 1980. Anthony Vaccarello s’est sans doute le mieux exprimé dans cet exercice avec des mini-jupes et robes boule bouillonnantes en taffetas, plumes ou cuir. Même formes bouffantes vaporeuses chez Thom Browne, qui s’exerce aussi à la sculpture avec ses femmes Bibendum, tout comme Rick Owens.
 
4) Les effets de manche

Voir le défilé
Chez Sacai, les manches se nouent sur la poitrine - © PixelFormula

Les manches disparaissent des épaules (les robes d’été à manches tombantes et les tops épaule nue sont omniprésents)… pour se multiplier sur le corps dans des constructions inattendues. Ainsi la robe à manches longues nouées autour de la taille se transforme en jupe. Ailleurs, comme chez Y/Project, qui a présenté l’une des collections les plus intéressantes de la saison, une cape en coton affublée de deux manches nouées au cou se confond sur une chemise ton sur ton. Lacoste joue au même jeu avec un pull torsadé à quatre manches. Tout comme Sacai, qui utilise les manches de vestes, survêts et autres chemises autant pour serrer ses vêtements au niveau de la poitrine que comme décoration.
 
5) Le foulard

Voir le défilé
Christian Wijnants habille ses femmes de foulards persans - © PixelFormula

Quintessence de l’élégance, le carré en soie réapparaît sur le devant de la scène. On l’a vu noué autour de la tête des mannequins à Milan. On le retrouve à Paris dans de superbes jupes-pagne, sur une épaule, ou encore soulignant le flanc d’une robe noire chez Dries Van Noten. Dans des soies persanes, il se transforme en robe à fines bretelles chez Christian Wijnants. Il est noué en turban façon corsaire chez Liselore Frowjin.

6) Le voile-écran

Voir le défilé
Liselore Frowjin, printemps-été 2018 - © PixelFormula

Les transparences se sont multipliées sur les podiums des Big Four, mais jamais comme à Paris, voiles et tulles ont été utilisés pour servir de filtre coloré, comme chez Atlein, ou d’écran virtuel posé sur un autre vêtement pour marquer une subtile distance ou au contraire dévoiler et personnaliser une mise. Un voile parsemé de broches rehausse ainsi la veste tartan d’un tailleur-pantalon chez Dries Van Noten. Chez Altuzarra, c’est une résille qui couvre un habit. Chez Chanel et Balmain, le plastique transparent côtoie le tissu.

7) Les fronces

Voir le défilé
Paskal, printemps-été 2018 - © PixelFormula

Après les dentelles, les franges et les volants, qui ont encore le vent en poupe, c’est au tour des fronces de faire une entrée remarquée dans le vocabulaire des couturiers. Les robes sont froncées pour créer de nouveaux volumes et formes sculptées. La technique est utilisée aussi dans des tops ou robe en tissu parachute (Aalto), et dans des bottes (Y-Project)

8) Les bottes lacées

Voir le défilé
Mashama propose les cuissardes lacées - © PixelFormula

Les bottes lacées sur le devant seront un must l’été prochain. Pas un créateur qui n’ait proposé sa version de cette bottine, au choix dans un style french cancan, patins à glace ou spartiate.

9) Les boutons

Voir le défilé
Anne Sofie Madsen joue sur la taille des boutons - © PixelFormula

Cet accessoire revient sur le devant de la scène comme un ornement à part entière. Ils sont souvent différents les uns des autres et tournent autour du cou comme une décoration. Très gros, dorés ou argentés, on les note d’emblée. Les créateurs jouent aussi sur les boutonnages irréguliers pour créer des plis dans l’étoffe, comme chez Yohji Yamamoto, où les lignes de boutons noirs, blancs ou rouges redessinent intégralement la structure du vêtement. Chez Victoria/Tomas, l’alternance entre bouton pression et boutons-fleurs marque le contraste féminin/masculin. Talbot Runhof opte pour de voyants boutons-bijoux. Ailleurs, comme chez Isabel Marrant, rivets et pression forment des dessins.

10) L’effet damier

Voir le défilé
Victoria Tomas, le damier version Madras - © PixelFormula

La robe à carreaux blancs et noirs s’annonce comme le hit de l’été prochain. Ce grand classique est proposé par presque tous les designers dans différentes versions, de la djellaba de Sonia Rykiel à la combinaison damier chez Christian Dior. Junya Watanabe transforme par extension les gros carrés noirs sur fond blanc de certains ensembles en pois géants dans d'autres mises au graphisme géométrique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés