Paris : la CCI prône l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche

Alors que le débat d'un élargissement du dispositif est évoqué en Conseil de Paris, et qu'elle dresse un bilan mitigé avec les commerces parisiens ouverts le dimanche, la CCI Paris Île-de-France a publié le 3 avril ses propositions pour parfaire le dispositif. Et notamment l’extension des autorisations à l’ensemble de Paris, pour « éviter toute distorsion de concurrence entre les commerces bénéficiant d’un classement en ZTI (Zones touristiques internationales) et ceux qui ne s’y trouvent pas ».


L'avenue des Champs-Elysées fait partie deszones touristiques internationalesde la capitale. - AFP

Pour la CCI, cette mesure permettrait à la ville de bénéficier d’une plus grande animation commerciale, de mieux concurrencer la vente en ligne officiant à toute heure, de limiter la hausse du prix des bails commerciaux et de concurrencer les destinations shopping d'Europe. La mesure doit également être génératrice d’emplois, suivre l’évolution sociétale de la consommation et, enfin, éviter la multiplication des recours remettant en cause la cartographie actuelle des ZTI. Une prise de position qui rejoint celle de l’Alliance du Commerce.

« D’une part, le commerçant reste libre de ne pas ouvrir le dimanche même si son commerce se situe en ZTI et d’autre part, si son chiffre d’affaires est plus faible un autre jour de la semaine, il peut tout à fait opter pour une fermeture en semaine », précise la Chambre qui, si elle entend « favoriser la liberté d’entreprendre », entend également préserver le nécessaire volontariat des salariés.

La CCI souhaite également revoir l’encadrement des « dimanches du Maire ». Les Elus peuvent en effet décréter douze ouvertures le dimanche du moment que, au-delà de cinq, ils reçoivent l’appui de l’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre dont la commune est membre. La Chambre souhaite maintenir ce principe. Mais également simplifier la disposition légale encadrant la déduction des jours fériés des dimanches du maire pour les établissements de plus de 400 mètres carrés.

« Il s’agirait de faire en sorte que les 5 dimanches accordés selon un nombre « plancher » comportent déjà la déduction des jours fériés », indique la CCI. « Cette demande se justifie par le fait que la nouvelle réglementation a pénalisé le commerce alimentaire qui s’est finalement retrouvé avec moins de dimanches "entiers" que sous l’empire de l’ancienne réglementation alors qu’il est, par essence, attractif le dimanche ». Un commerce alimentaire que la Chambre entend également libérer de l’obligation de fermeture à 13h les dimanches, quelque soit leur situation géographique.

Un bilan mitigé

Cette prise de position intervient quelques jours après la publication par la CCI d’un compte-rendu de ses échanges avec différents types de commerces parisiens. Il en ressortait que, si les grands magasins et enseignes nationales font état de bons résultats, le constat est plus mitigé du côté des indépendants et de la grande distribution. Le document donne largement la parole aux commerçants, sans cependant les nommer.

Dans ce document, on peut ainsi lire le témoignage d'une grande surface qui fait état d’un trafic le dimanche supérieur de 15 à 20 % à celui de la semaine. « La fréquentation (hebdomadaire, ndlr) a augmenté jusqu’à 20 % suite à l’ouverture dominicale », confirme de son côté un indépendant contacté par la CCI.

Côté ventes, le panier moyen du dimanche serait supérieur de 20 à 50 % à celui constaté en semaine, selon une organisation professionnelle. Deux autres organismes professionnels font état de chiffres d’affaires respectivement supérieurs de 5 à 10 % et de 15 à 25 % à celui de la semaine, un troisième désignant lui le dimanche comme étant seulement le 6ème meilleur jour de la semaine.

Il ressort en effet qu’une partie des commerces, à savoir les indépendants et la grande distribution, sont plus réservés que les autres sur les résultats obtenus. Un indépendant explique ainsi à la CCI que le dimanche n'équivaut qu'à un petit jour de la semaine. « L’ouverture le dimanche, c’est plus un report de chiffre d’affaires et un confort d’achat pour le consommateur. Cela n’augmente pas le chiffre d’affaires de façon exponentielle », renchérit un autre.

Un constat que partageraient les acteurs de la grande distribution, selon la chambre de commerce francilienne. « En fait, dans beaucoup de cas le chiffre d’affaires n’augmente pas mais cela permet d’éviter qu’il baisse. Tout dépend des zones », indique ainsi à la CCI une enseigne, tandis qu’une autre souligne que « ce n’est pas parce que les magasins ouvrent que le client consomme plus ».

Emplois et rentabilité

En résulte que la rentabilité d’une ouverture dominicale reste un problème, surtout chez les indépendants. Cela «  coûte cher  », rappelle une organisation professionnelle, tandis qu’un commerçant indépendant évoque les difficultés causées par l'organisation des jours de compensation. « Effectivement, nous engageons des charges supplémentaires, mais nous pouvons ouvrir à perte. Cela peut être bénéfique pour l’organisation interne de l’entreprise pour faire plus de choses, pour préparer les commandes, mettre en place les vitrines, étiqueter les marchandises réceptionnées », indique un autre commerce.

Côté salariés, 92 % d'entre eux seraient volontaires pour travailler le dimanche, selon une organisation professionnelle. Un millier d’emplois auraient été créés selon une organisation similaire (le document ne précise pas s’il s’agit de la même), tandis qu’un organisme fait état d’une hausse de 20 % des effectifs en moyenne.

Instructif mais difficile à analyser de par l’anonymat des fédérations citées et l'impossibilité de situer les commerces évoqués, ce document intervient un an après le premier bilan réalisé par la CCI. Ce dernier montrait que moins d’un tiers des commerces parisiens des ZTI avaient finalement ouvert leurs portes le dimanche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversLuxe - DiversBeauté - DiversArt de vivre - DiversDistribution