Pinatex, la fibre d’ananas se pose en alternative au cuir

C'est lors d'un voyage d'affaires aux Philippines que la créatrice espagnole Carmen Hijosa, spécialiste du cuir, découvre le Barong Tagalog, un vêtement réalisé à partir de feuilles d’ananas porté notamment lors des mariages traditionnels et célébrations religieuses.


La ligne de pochettes Vegemoda confectionnées en Pinatex - DR

Après cinq années de recherche et développement, la créatrice met au point le Pinatex, une matière composée des fibres extraites de feuilles d’ananas prélevées sur les plantations du fruit aux Philippines (480 feuilles, soit 16 ananas sont nécessaires pour produire un mètre carré de Pinatex) puis envoyées en Espagne pour être transformées en matière textile.

Fibre décrite comme résistante, aux mêmes qualités intrinsèques que le feutre, pouvant être teinte, imprimée et traitée, le Pinatex ajoute à son palmarès des qualités environnementales, les restes de matières végétales non utilisées dans la production textile pouvant être transformés en engrais et biogaz.

Présentés au Royal College of Art de Londres – là où la société Ananas Anam est aujourd’hui basée -, les premiers prototypes de sacs et chaussures en Pinatex reçoivent un bon accueil, la fibre ayant été récompensée du Prix de l’innovation matérielle 2016. En parallèle, l’innovation obtient également la certification « Vegan Fashion Label » de l’association PETA, entrant dans la cour très fermée des marques « vegan » telles que Stella McCartney, Vivienne Westwood et Simone Rocha.

Déclinant deux types de matières – Pinatex original et Pinatex Oro à la texture plus brillante – en trois coloris (charbon, naturel et marron), la société Pinatex a déjà collaboré avec une dizaine de marques dont les collections de chaussures Veja, Rombaut et Gram Shoes, les accessoires Vegemoda, Taikka et Henties ou le prêt-à-porter de la créatrice Elisa Muresan.

Vendu 45 euros le mètre carré (53 euros pour la version Oro), le Pinatex s’impose aujourd’hui comme un nouveau matériau durable et « vegan », mais encore non biodégradable.

Outre la fibre de feuilles d’ananas, d’autres innovations sont aujourd’hui explorées dans l’industrie de la mode, parmi lesquelles la fibre d’eucalyptus (Tencel), la fibre de bois (Jacroki) ou le raphia, issu du palmier du même nom.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

TextileIndustrie