Pitti Immagine confirme son leadership dans le digital avec e-Pitti

"Sur le digital, nous sommes leader", n’a pas peur d’affirmer le patron de Pitti Immagine, Raffaello Napoleone, à l’occasion de la présentation du bilan des activités d'e-Pitti, la plateforme que l’organisateur de salons florentin a lancée en juin 2011 pour prolonger sur la toile le Pitti Uomo, le Pitti Bimbo et le Pitti Filati dédié à l’industrie du fil. "Beaucoup de salons ont essayé de se décliner sur le Web, sans vraiment y parvenir. Avec notre projet virtuel, nous avons démontré une grande détermination et constance qui s’est avérée payante. Aujourd’hui, tous nos interlocuteurs sont  satisfaits", poursuit-il.
 

L'un des "Pitti People" vu en juin à Florence - e-Pitti

Un bilan plus que positif, comme l’illustrent les chiffres dévoilés à Milan ce mardi. En six ans et 13 éditions, e-Pitti affirme avoir attiré 17 000 exposants et 48 000 acheteurs. L’édition estivale 2017 d'e-Pitti, qui a couvert pendant 11 semaines les salons de l'homme, de l'enfant et du fil, a présenté au total 1 355 marques, dont 926 pour le seul Pitti Uomo, soit 90% du nombre total d’exposants présents dans les salons physiques, et 8 018 produits.

Elle a attiré les acheteurs de 109 pays, avec en tête l’Italie (60 %), suivie par le Japon, l’Espagne, l’Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, La Turquie, la Russie, la France et les Pays-Bas. Près de 31 % des visites ont été faites via des smartphone, 8 % sur des tablettes et le reste par ordinateur.
 
E-Pitti a enregistré sur la période une progression de 15 % d’acheteurs qui ne se sont pas venus à Florence, mais ont visité uniquement la plateforme (+14 % pour le Pitti Uomo, +24,3 % pour le Bimbo, +5,9 % pour Pitti Filati), tandis que les acheteurs qui se sont rendus à la manifestation et ont complété leur tour sur le salon virtuel ont progressé de 7 % par rapport à l'édition de juin 2016.

"Pour les exposants, e-Pitti est un outil précieux, car ils peuvent tracer sur la plateforme, avec une bien plus grande précision par rapport à ce qui se passe sur le stand, le comportement des acheteurs. Ils voient qui est passé chez eux et ce qu’ils ont regardé. Ils peuvent aussi choisir, s’ils le désirent, qui faire entrer ou non dans leur espace virtuel", explique Anna Mazzer, directrice marketing et digital de e-Pitti.
 
"Le digital fonctionne comme un support au salon physique. Nous croyons fermement à l’union des deux réalités. Pour rappel, avec la crise, les délégations des enseignes se déplaçant à Florence se sont nettement réduites. E-Pitti permet à toutes les équipes de se faire une idée du marché", souligne pour sa part Francesco Bottigliero, le directeur général d'e-Pitti.
 
"Autre avantage pour les exposants, avec les photos de leur collection réalisées par nos équipes sur le salon, ils disposent sur e-Pitti d’un tout premier matériel visuel, qu’ils peuvent montrer aux acheteurs juste après le salon", ajoute-t-il.

L'éditon estivale 2017 du salon virtuel du Pitti en chiffres - e-Pitti
 
Les dirigeants du salon ont mis en avant aussi le succès de "Ready-to-Order", l’autre service digital proposé depuis un an à leurs exposants. Il s’agit d’une application, accessible via le site e-Pitti, permettant aux entreprises de gérer toutes leurs commandes en numérique directement sur l'iPad, durant toute leur campagne de vente, et ce même en dehors des salons du Pitti. Pour la saison printemps/été 2018, 66 collections ont bénéficié de ce support générant des transactions pour un total de 4,5 millions d’euros.
 
Disponible en italien et en anglais, e-Pitti est géré par FieraDigitale, société détenue à 75 % par Pitti Immagine et à 25 % par Francesco Bottigliero, qui en est le fondateur et le CEO. FieraDigitale a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 million d’euros pour son exercice 2016-17 clos au 30 septembre 2017.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversSalons