Prada appelé à aider les employés de ses fournisseurs


La boutique londonienne de Prada installée sur Bond Street a été visée le week-end du 7 et du 8 mars par des manifestants du collectif Clean Clothes Campaign appelant la marque à s’intéresser au sort des employés de ses fournisseurs turcs.

Le réseau international de syndicats et ONG "Clean Clothes Campaign" (CCC) milite de longue date pour que les marques et enseignes s’impliquent dans les conditions de travail, parfois douteuses, mises en place par leurs fournisseurs. Les manifestations du 8 mars dernier font suite aux licenciements d’employés d’une usine turque, Desa, officiant pour Prada.

Ses employés avaient rejoint le syndicat des travailleurs turcs du textile Deri Is afin de protester contre des horaires intenables, des salaires inadaptés et des conditions de travail effroyables. L’usine aurait depuis lancé une véritable chasse aux sorcières et tenterait d’intimider le syndicat lui-même.

Clean Clothes Campaign tente donc de sensibiliser l’opinion et les clients de l’usine au sort des sept cents employés de cette dernière. « Beaucoup d'acheteurs, dont Prada, n'ont pas réussi à prendre leurs responsabilités face aux travailleurs qui fabriquent leurs produits », explique l’association, qui compte aujourd’hui dans ses rangs une ancienne salariée de l’usine. Et d'ajouter : « Mme Arslan, (…) va prochainement rencontrer des responsables gouvernementaux, des syndicats et des ONG en Italie, en France et en Espagne.»

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDistribution