Prada mise sur le digital pour se relancer

En perte de vitesse, Prada mise sur le digital pour renouer avec la croissance. Lors de la publication de décevants résultats semestriels, vendredi 8 septembre, qui ont entraîné une chute du titre de 13,95 % à la Bourse de Hong Kong, le patron, Patrizio Bertelli, a expliqué que le groupe de mode italien était encore en phase de restructuration, mais qu'il visait une croissance à long terme, notamment grâce à sa transformation numérique.

L'e-commerce de la marque phare du groupe - Prada.com

Pour récupérer le terrain perdu par rapport à certains de ses concurrents, comme Gucci ou Louis Vuitton, très actifs sur la Toile depuis déjà quelque temps, Prada Group a recruté en mars 2017 Chiara Tosato, active auparavant dans le groupe audiovisuel Mediaset, à qui il a confié la direction de ses activités digitales.

Au cours de la présentation des résultats, la « general manager and digital director » a dévoilé la nouvelle stratégie numérique de l’entreprise, centrée sur trois axes : l’expansion de la plateforme e-commerce, l’amélioration de l’expérience du shopping en ligne via une parfaite intégration avec le réseau de vente physique et une communication plus incisive et intense sur le Web.

Le site de vente en ligne de Prada est déjà actif en Europe et aux Etats-Unis. Il sera déployé en Chine, Corée du Sud, Japon, Russie et Australie d'ici à la fin de l'année et dans le reste du monde, c’est-à-dire au Moyen-Orient et et Amérique latine, d’ici à fin 2018. L’objectif est d’atteindre à cette date 5 % des ventes totales du groupe via l’e-commerce.

Le but est d’être « plus local », avec une utilisation plus facile de son site et des connexions directes via les réseaux sociaux comme celui de Facebook. Est prévu, en particulier, un accès à toutes les collections de prêt-à-porter de Prada et Miu Miu d’ici à la fin de l’année. Le site en ligne va se déployer dans 10 langues, chaque site-pays étant personnalisé.

La maison milanaise souhaite aussi multiplier les partenariats avec les principaux e-shops multimarques, comme elle fait déjà avec Net-A-Porter, MyTheresa, MatchesFashion, etc.

« Avec cette nouvelle plateforme e-commerce, nous allons introduire une nouvelle manière de faire du shopping, grâce à une expérience totalement intégrée, afin de tirer parti de tous les points de contact des consommateurs », a encore expliqué Chiara Tosato.

L’entreprise propose en particulier aux consommateurs quatre façons de venir acheter chez elle à travers différents services avec la possibilité d’acheter en ligne et venir prendre la marchandise en magasin, de commander sur le Web avec un personal shopper, d’essayer le produit en boutique, le télécharger en ligne et l'acheter plus tard sur son propre compte, ou encore de se le faire livrer à domicile. Sur ce dernier point, Chiara Tosato a annoncé que la griffe travaillait à un service de livraison dans la journée, ville par ville, dans les principaux marchés d’ici à la fin de l’année.

Enfin, en ce qui concerne la communication, « elle doit se faire à 360 degrés ». Fort de ses 18 millions de followers sur Instagram et de ses produits « parmi les plus reconnus dans le monde », Prada Group souhaite augmenter son budget communication dans le Web.

« Nous avons prévu une couverture totale sur les réseaux sociaux, dans les médias, en renforçant nos contenus éditoriaux, en mettant l’accent sur le produit, en ciblant davantage notre communication en fonction des points de contact avec les clients », conclut la manager.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversBusiness