Procter & Gamble dépasse les attentes au premier trimestre

New York, 25 oct 2016 (AFP)  - Le fabricant américain de produits ménagers et d'hygiène Procter & Gamble (P&G), qui vient de finaliser la vente de 41 marques beauté au parfumeur Coty, a ravi Wall Street mardi 25 octobre avec des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.


Tous les segments du groupe ont enregistré une hausse de leurs ventes - Procter & Gamble

Le groupe, qui commercialise des produits aussi divers que les couches Pampers, les rasoirs Gillette ou la lessive Ariel, a enregistré au premier trimestre de son exercice décalé 2016/2017 une hausse de son bénéfice net de 4 %, à 2,71 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires du groupe est resté stable à 16,52 milliards de dollars. Il ressort un peu au-dessus des prévisions (16,48 milliards). Mais l'impact des taux de change ayant affecté le chiffre d'affaires à hauteur de 3 %, les ventes organiques ont progressé de 3 %.

Tous les segments de l'entreprise ont enregistré une augmentation : +3 % pour la beauté (shampoing, savon, crème), +3 % pour les soins de rasage, +7 % pour la santé (complément alimentaires, pastilles, dentition), +4% pour les produits de maison (lessives, détergents), +2 % pour les produits d'hygiène à base de papier (couches, serviettes hygiéniques, essuie-tout).

Il s'agit "de la meilleure croissance du chiffre d'affaires en trois ans", remarquent les analystes de Morgan Stanley dans une note. Ces résultats "représentent un bon début pour notre année fiscale", a estimé le PDG du groupe David Taylor, cité dans un communiqué. L'entreprise a d'ailleurs confirmé ses prévisions annuelles.

Ils arrivent par ailleurs au moment où le groupe a terminé "la dernière grande étape dans la transformation de son portefeuille", selon  David Taylor, soit l'achèvement début octobre de la vente de plusieurs marques comme Wella au parfumeur Coty pour un montant final de 11,9 milliards de dollars.

Procter & Gamble va "désormais concentrer tous ses efforts sur dix catégories de produits" sur lesquelles P&G est parmi les leaders, a affirmé le PDG.

"Il reste toutefois, a nuancé David Taylor, du travail à faire pour revenir aux niveaux équilibrés d'une croissance des revenus et des bénéfices et de flux de trésorerie" qui permettront d'apporter à ses actionnaires parmi les meilleurs résultats des entreprises du secteur.

Le groupe doit notamment gérer, dans un contexte concurrentiel élevé, "la volatilité géopolitique et économique importante dans des marchés comme l'Egypte, le Nigeria, l'Argentine ou même Les Philippines", a relevé le directeur financier John Mueller au cours d'une conférence téléphonique.

Parmi les dix principaux marchés du groupe, les ventes n'ont par ailleurs reculé au premier trimestre qu'au Royaume-Uni, a-t-il remarqué. Face à la multiplication des opérations de promotion, elles s'y sont repliées de 2 % alors qu'elles augmentaient dans le même temps de 2 % en Russie ou en Chine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

CosmétiquesBusiness