Richemont monte encore au capital de Yoox Net-A-Porter

Richemont mise totalement sur Yoox Net-A-Porter. Le groupe de luxe, qui possédait déjà 75 % de l'attelage (via sa maison mère et la  filliale anglaise), a annoncé ce lundi sa volonté d'acquérir le solde des actions du spécialiste de l'e-commerce de luxe.

La Financière Richemont a ainsi lancé une offre d'achat des parts que le groupe ne possède pas encore pour un montant de 38 euros par action. Ce prix est supérieur de plus de 25 % au cours de clôture de l'action de YNAP le vendredi, nous parlons donc d'une valorisation premium pour l'entreprise. Ce qui valorise l'opération à plus de 2,6 milliards d'euros. Le groupe YNAP est lui dans son ensemble valorisé à plus de 5 milliards d'euros selon Credit Suisse.YNAP a franchi la barre des deux milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier.

Page d'accueil de Net-a-porter

À moins de problèmes imprévus, l'accord se concrétisera, Richemont déclarant avoir pris l'engagement irrévocable d'accepter l'offre de Federico Marchetti, PDG de YNAP.
A 17h00, l'action gagnait 24,12% à 37,56 euros, dans un marché en très légère hausse de 0,51%.

Une clause, signée en mars 2015 lors de la création de YNAP, empêchait jusque-là Richemont d'augmenter sa participation. Mais le conseil d'administration de YNAP a renoncé à cette clause. Le rachat des actions réalisé, la société sortira de la cote.

Cette acquisition transformera clairement l'activité de Richemont, qui était auparavant perçue comme un spécialiste de montres et de bijoux haut de gamme, possédant en prime un portfolio de marques de prêt-à-porter et de lifestyle haut de gamme comme Chloé, Alaïa et Lancel.

Non que YNAP sera fusionné dans Richemont lui-même. L'entreprise continuerait de l'exploiter en tant que société distincte, ce qui n'est pas surprenant compte tenu du dynamisme de l'activité au cours des dernières périodes.

Federico Marchetti, qui possède 3,9 % des actions (tout comme Renzo Rosso), a déclaré dans un communiqué que Richemont veut tirer parti de cette croissance en investissant davantage dans divers domaines tels que la technologie, la logistique, le marketing et le personnel.

Clairement, l'activité de YNAP a pour vocation de stimuler l'ensemble de l'activité du groupe Richemont.

Richemont a ajouté qu'il voyait une opportunité significative de renforcer le positionnement de YNAP dans le commerce électronique de luxe, « développer l'activité dans les zones géographiques existantes et nouvelles, augmenter la disponibilité et la gamme des produits, et continuer à développer des services et des contenus inégalés pour les consommateurs exigeants ».

La reprise augmentera certainement les enjeux dans le secteur du commerce de détail en ligne de luxe où Farfetch est également en expansion organique et par acquisition. Elle a acquis Browns et l'activité e-tail de Condé Nast, anciennement connue sous le nom de style.com, et d'autres chaînes de magasins physiques haut de gamme accélèrent également leurs opérations en ligne.

YNAP profite de certaines de ces activités car elle gère les boutiques en ligne pour les marques, notamment Armani et Isabel Marant. Mais de nombreux autres noms du luxe ouvrent leur propre boutique en ligne, les grands magasins physiques investissent massivement sur ce créneau et les petites boutiques locales poursuivent leur croissance grâce à des opérations en ligne. Les acteurs chinois de l'e-commerce sont aussi en plein renforcement de leur stratégie sur ce segment.

Fait intéressant, les deux acteurs que sont Farfetch et YNAP semblent avoir une stratégie financière différente. Alors que la société contrôlée par Richement va sortir de la Bourse, Farfetch entend lever des liquidités sur les marchés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversMode - DiversDistributionBusiness