Royaume-Uni : l'ambitieux plan de rénovation de Harrods

Harrods prépare une métamorphose de son magasin londonien, à vrai dire la plus importante de son histoire. Pas moins de 200 millions de livres (225 millions d'euros) seront allouées à la mise à jour du magasin et du site Internet, afin d'élargir sa portée internationale.


harrods.com

L'intérieur du magasin, divisé en 330 sections réparties sur plus de neuf hectares de surface de vente, sera « entièrement remis à neuf ». L'entreprise a déjà annoncé plusieurs chantiers de rénovation, comme son espace consacré aux montres de luxe - mais personne n'avait encore pris conscience du prix exorbitant des travaux.

Son directeur général, Michael Ward, a confirmé que ce programme étalé sur trois ans serait le plus ambitieux depuis la création du magasin, au milieu du XIXe siècle.

Le plan des travaux comprend aussi une mise à jour du site d'e-commerce, afin que les clients du monde entier puissent accéder aux produits distribués par l'enseigne britannique. « Nos clients chinois et asiatiques jouent un rôle important dans notre entreprise et font donc partie de notre programme de réaménagement », a précisé Michael Ward.

Harrods, chaîne historique contrôlée désormais par des fonds d'investissement qataris, est surtout concentrée autour du magasin principal de Knightsbridge. En tant que monument londonien à part entière, il conserve son avance sur ses rivaux - et son premier marché est, sans surprise, le Royaume-Uni. Mais un grand nombre de ses ventes réalisées sur le sol britannique sont effectuées par des visiteurs étrangers et la part de ses ventes internationales progresse grâce à ses boutiques dans les aéroports et sur Internet.

À vrai dire, ce sont les ventes internationales qui enregistrent la plus forte croissance, selon Michael Ward, notamment en Chine et à Hong Kong. Outre les travaux engagés dans ses magasins, Harrods ciblera donc plus précisément cette clientèle asiatique en investissant dans ses comptes Weibo et WeChat, les deux réseaux sociaux chinois les plus performants. Le service WeChat Pay sera d'ailleurs disponible l'an prochain, tandis qu'Alipay est proposé aux consommateurs depuis 2016.

Mais Michael Ward ne précise pas si Harrods ouvrira une boutique sur la plateforme Tmall d'Alibaba, sur laquelle se sont inscrites de nombreuses marques de luxe ces derniers temps.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDistribution