Safilo : les pertes se creusent en 2016

Safilo affiche une année 2016 négative avec ventes et résultats en recul. Le groupe italien, contrôlé par le fonds néerlandais Hal, annonce un  chiffre d’affaires de 1,25 milliard d’euros, en recul de 2 % par rapport à 2015, pénalisé par l’impact négatif des marques ne faisant plus partie du portefeuille du groupe, indique le lunetier à l’occasion de la publication de ses résultats annuels.

Polaroid, l'une des marques propres du groupe - Safilo

Par ailleurs, l’an dernier, le lunetier a creusé ses pertes après avoir plongé dans le rouge en 2015. Pour l’exercice 2016, il essuie ainsi une perte de 142,1 millions d’euros, alors qu’elle était de 52,7 millions un an plus tôt.

Cette perte s’explique par des faits exceptionnels se chiffrant à 157,5 millions d’euros, comprenant notamment la dévaluation liée au lancement de l’activité du groupe en Asie et à des dépenses de restructuration non courantes, précise le groupe.

Dans ce contexte, Safilo publie des résultats ajustés excluant ces faits exceptionnels, avec un bénéfice net ajusté de 15,4 millions d’euros contre 6,9 millions en 2015 et un excédent brut opérationnel ajusté (Ebitda) de 88,8 millions d’euros contre 102,4 millions d’euros un an plus tôt (-13,3 %).

A noter qu’en 2016, le lunetier a quasiment divisé par deux son endettement en passant de 89,9 millions d’euros en 2015 à 48,4 millions l’an dernier.

La décision prise par Kering en 2014 de mettre fin à ses contrats de licence avec Safilo, dont la juteuse licence de Gucci détenue par le lunetier depuis 20 ans, continue à avoir un impact négatif sur les résultats du groupe. Depuis le 1er janvier, la licence de Gucci, qui pesait près de 350 millions d'euros par an, s’est transformée en un contrat de production de quatre ans.
 
C’est pourquoi Safilo met en avant ces marques en continuité, c’est-à-dire celles qui sont restées dans le périmètre du groupe, leurs ventes ayant progressé en 2016 de 3,6 % à taux de change constant. « En 2016, Safilo a vu progresser les ventes et la rentabilité du portefeuille des marques en continuité, nous avons essayé de gérer au mieux la chute de Gucci dans sa période conclusive de la licence», souligne l’administratrice déléguée, Luisa Delgado, tout en notant que les marques propres du groupe « n’ont pas encore montré leur potentiel ».

Le groupe déplore aussi des problèmes de logistique rencontrés récemment, qui ont pénalisé les livraisons de ses marchandises. Les dirigeants prévoient ainsi une baisse des ventes de 15 à 20 % sur le premier semestre 2017 par rapport à la même période l’an passé.

Ces difficultés ont aussitôt été sanctionnées par le marché, le titre de Safilo perdant autour de 4 % en fin de séance à la Bourse de Milan ce jeudi 16 mars.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

LunettesBusiness