Scotch & Soda confie les grands comptes français à un ex-Tommy Hilfiger

Scotch & Soda est en pleine expansion américaine. La marque néerlandaise a inauguré fin décembre 2017 un nouveau magasin de près de 250 mètres carrés à Brooklyn, au numéro 76 de Front Street. Et ce juste trois mois après avoir ouvert les portes d'une boutique dans le quartier de South Street Seaport. Il s'agit ainsi de son 32e point de vente en Amérique du Nord. 


Le magasin de Brooklyn de Scotch & Soda - Scotch & Soda/Joshua Scott

Pour autant, la marque contrôlée par Kellwood et Sun Capital Partners n'en oublie pas l'Europe. En France, elle a ouvert des boutiques à Dijon et à Bercy Village dans l'Est de la capitale. Sa filiale française, créée il y a deux ans, est également renforcée.

Début janvier 2018, la relation grands comptes, qui était gérée depuis Amsterdam, a ainsi été confiée Sébastien Coutellier. La marque est présente au Citadium Caumartin et entend de nouveau monter en puissance dans les grands magasins. Elle est, depuis octobre dernier, de retour dans le réseau Galeries Lafayette. Le responsable grands comptes, présent sur le Pitti Uomo de Florence la semaine passée et actuellement avec les équipes de Scotch & Soda sur le Premium de Berlin pour densifier les liens avec les acteurs français, veut développer la présence de Scotch&Soda chez ces acteurs majeurs.

Sébastien Coutellier connaît bien ces interlocuteurs. Ces quatre dernières années, il occupait les mêmes fonctions chez PVH France pour Tommy Hilfiger et Calvin Klein. Il avait auparavant évolué pendant huit ans au sein d'Hugo Boss. Il rejoint l'équipe française de Scotch & Soda qui était jusque-là uniquement dédiée à la vente au détail. A présent, il rend compte à Camillo Testi, directeur des ventes internationales en charge de l'Europe du Sud et de l'Asie-Pacifique.

Scotch & Soda revendiquait sur son exercice 2016-17 un chiffre d'affaires en hausse de 3 %, à 335.6 millions d'euros. La société, dirigée par Dirk-Jan Stoppelenburg, assume un déficit de 1,1 million d'euros sur son dernier exercice lié, selon un communiqué, à ses investissements retail. Sur la période, ses ventes en direct ont progressé de plus de 22 % par rapport à 2015-16, pour s'établir à 90,7 millions d'euros, et son activité e-commerce s'est développée de 7,3 %, à plus de 41 millions d'euros. En revanche, ses ventes en gros ont reculé de 4,6 %, à moins de 201 millions d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterNominations