Soleil Sucré : l’enseigne de lingerie relancée par Cyrille Tarica, le PDG de Moa

Soleil Sucré entend se refaire une place sur le marché de la lingerie accessible. D'une centaine de boutiques en 2013, à son apogée, elle n'en compte actuellement plus qu'une dizaine. Placée en liquidation judiciaire fin 2014, puis brièvement acquise par Charles Sfez, qui comptait la relancer en 2016, l'enseigne de lingerie vient d'être rachetée par le PDG de Moa Cyrille Tarica, en décembre dernier, avec l'intention de lui « redonner ses lettres de noblesse ».

La boutique Soleil Sucré des 4 Temps, à La Défense, en 2013.

Le défi ? « Reprendre une enseigne qui possédait une renommée et un attachement très forts, une identité marquée, avec aujourd'hui une nouvelle histoire à raconter », s'enthousiasme le PDG de Moa. Il a pour cela fait appel à la créatrice Elisa Cohen, cofondatrice de la marque de lingerie avec son mari Dan Suissa, en 1999. Celle-ci a pour mission de moderniser son image en reprenant la direction artistique des collections.

Avec le rose comme couleur dominante, la griffe avait bâti son succès grâce à un univers « gourmand et sexy », ciblant les 15-35 ans, comme elle le décrivait à l'époque. L'intention du nouveau propriétaire est de « conserver un style glamour mais chic, peut-être moins sexy et criard. C'est-à-dire adoucir l'ADN de Soleil Sucré, sans pour autant renier ce qui a construit sa réussite », selon Cyrille Tarica. Avec pour objectif d'attirer une clientèle plus large, « qui n'osait pas forcément entrer en boutique auparavant ». Le positionnement prix restera attractif, avec des parures affichées à des prix compris entre 30 et 50 euros. 

Les premiers modèles marquant cette relance seront commercialisés à la fin du printemps, en même temps que la mise en place d'une nouvelle identité visuelle et d'un concept de boutique plus contemporains. Avec moins de rose, donc. La dizaine de magasins va être rénovée et l'ouverture nouveaux points de vente interviendra dans un second temps, si la relance porte ses fruits. Un site d'e-commerce est également en projet. 


Le concept de boutique actuel va être modernisé. - PixelFormula

Pour l'instant, Cyrille Tarica mène le redéploiement de Soleil Sucré en parallèle de la direction de Moa, même si les deux marques partagent le même siège social, basé à Antony (92). Une équipe de design dédiée à la marque de dessous va progressivement être recrutée, sachant que le dirigeant avait conservé les 35 employés des magasins repris.

Cofondateur de Moa, Cyrille Tarica peut s'appuyer sur la belle croissance de son enseigne d'accessoires. La marque, dont 21 % du capital sont détenus par le groupe Etam, nourrit ainsi l'ambition d’atteindre les 200 boutiques à l’enseigne en 2017, soit une trentaine d’ouvertures prévues sur l’année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

LingerieBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER