Sourcing : le Vietnam veut délaisser le textile d’entrée de gamme

Le Vietnam entend faire monter en gamme ses productions textiles, après avoir été l'un des principaux bénéficiaires d’une stratégie similaire adoptée par la Chine au cours de la dernière décennie. Le pays d'Asie du Sud-Est désire ainsi enrayer le recul du textile au sein de ses exportations.


Deux employées s'affairent sur leur machine à coudre dans une usine textile d'Hanoï - AFP

L’objectif affiché par le gouvernement pour l’ensemble des exportations est d’atteindre une balance commerciale excédentaire d’ici à 2030. L’effort de montée en gamme devrait toucher des productions aussi diverses que le riz, le café, le caoutchouc, le manioc, les fruits et légumes, ou encore les produits en bois. Mais aussi les textiles, vêtements, accessoires et chaussures produits dans le pays.

Le gouvernement souhaite par ailleurs que le développement des exportations s’accompagne de l’émergence de marques nationales. La presse économique évoque, dans le cas du textile, une ouverture plus grande aux investissements étrangers, notamment venant des pays voisins. A ceci s’ajoutent des incitations au sourcing local pour les matières premières.

Reste à connaître sur le long terme l’impact qu’aura cette évolution sur la production textile vietnamienne. La montée en gamme voulue une décennie plus tôt par la Chine avait entrainé le déplacement des productions d’entrée de gamme vers ses voisins du Sud-Est, ce qui avait très largement profité au Vietnam, au Cambodge, et surtout au Bangladesh. La Birmanie a pour sa part mis davantage de temps à attirer l’attention des donneurs d’ordre, qui ont finalement été séduits par ses très bas salaires.

Le Vietnam était en 2016 le sixième fournisseur de l’Union européenne en habillement, avec 2,9 milliards d’euros (+7 %), ainsi que  son 13ème fournisseur pour le textile, à 340 millions d’euros (+4 %) (source IFM). Des progressions qui cachent en réalité un recul du textile-habillement sur le total des exportations, avec un taux historiquement bas de 6 % l’an passé selon une source ministérielle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

TextileIndustrie