Stella McCartney fustige la production effrénée de l'industrie de la mode

La créatrice de mode Stella McCartney n'est pas tendre avec le secteur dans lequel elle évolue depuis près de 20 ans. Mardi soir, au Victoria & Albert Museum de Londres, la créatrice anglaise est venue présenter un rapport publié par la fondation Ellen MacArthur, dénonçant une industrie de la mode « incroyablement gaspilleuse et néfaste pour l'environnement », tout en dévoilant sa vision du futur, aux côtés de la navigatrice et militante environnementale à l'origine de cette enquête.


Stella McCartney et Ellen MacArthur dénoncent un secteur de la mode fortement pollueur. - Ellen MacArthur Foundation

Lors de cette soirée, Stella McCartney et Ellen MacArthur ont uni leurs forces pour exhorter le monde de la mode à résoudre ce problème de gaspillage, révélant au passage que l'équivalent d'un camion-poubelle de textiles est mis en décharge ou incinéré chaque seconde. Paru ce 28 novembre, le document de 150 pages baptisé A new textiles economy : Redesigning fashion's future (Une nouvelle économie des textiles : redessiner le futur de la mode) dresse un sinistre tableau de ce qui pourrait arriver si le secteur de la mode continue sa production effrénée et ses pratiques dangereuses.

Selon ce dernier, environ 500 milliards de dollars sont perdus chaque année en raison des vêtements à peine portés et rarement recyclés, et le secteur consommera un quart du budget carbone de la planète d'ici 2025 si rien ne change. En outre, 500 000 tonnes de microfibres sont relâchées dans l'océan chaque année, soit plus de 50 milliards de bouteilles en plastique.

Pour Ellen MacArthur, c'est le modèle du « extraire-fabriquer-jeter » appliqué actuellement par le secteur qui est responsable de ce problème de gaspillage. « L'industrie textile d'aujourd'hui est construite sur des critères dépassés et un modèle obsolète qui la rendent particulièrement gaspilleuse et polluante ». Loin de se contenter d'incriminer le secteur, le rapport présente la vision ambitieuse d'un système nouveau, basé sur les principes de l'économie circulaire, qui offre des bénéfices pour l'économie, la société et l'environnement. « Le secteur tout entier doit se mobiliser », a-t-elle recommandé.

Selon la militante et la créatrice de mode, les vêtements devraient être conçus pour durer plus longtemps, être portés plus souvent et être facilement loués et recyclés, tandis que les marques devraient développer de nouveaux matériaux pour s'assurer que les vêtements puissent se dégrader dans l'environnement sans relâcher de toxines ou de produits polluants.

« Ce qui me plaît beaucoup dans le rapport A new textiles economy : Redesigning fashion’s future, c'est qu'il propose des solutions à un secteur incroyablement gaspilleur et nuisible pour l'environnement, a commenté Stella McCartney. Ce rapport est comme une feuille de route pour créer de meilleures entreprises et un meilleur environnement. Il ouvre un débat qui nous permettra de travailler ensemble pour améliorer notre industrie, pour le futur de la mode et celui de la planète ». Des acteurs de renom du secteur, comme H&M, Lenzing, Nike, C&A, ont apporté leur soutien à ce rapport.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterIndustrie