Supreme au coeur d'une vente aux enchères streetwear à Paris

Paris, 7 mai 2018 (AFP) - Une centaine d'articles siglés de la très prisée marque de streetwear new-yorkaise Supreme seront mis aux enchères le 16 mai par Artcurial à Paris, dans le cadre d'une vente dédiée à la culture urbaine aux Etats-Unis, a annoncé lundi la maison de ventes.

La malle Supreme-Louis Vuitton - Supreme

La vente, qui comprend aussi des oeuvres d'artistes comme Richard Prince, Barbara Kruger et Kaws, propose « une sorte d'état des lieux » de cette culture sur trois décennies, explique à l'AFP Fabien Naudan, vice-président d'Artcurial.

Une évolution, décrit-il, qui a vu une démarche « marginale, underground » d'artistes, graffeurs, musiciens et skateurs dans les années 1990 devenir une activité « plus officielle, légale voire rentable », qui aujourd'hui « tourne à plein régime ».

Supreme, griffe fondée en 1994 à New York par James Jebbia et dédiée à la culture skate, s'est ainsi illustrée en piratant les codes d'artistes ou d'autres marques, comme Louis Vuitton. Avant de se voir, 17 ans plus tard, associée à ce grand nom du luxe avec une collaboration officielle.

Un set de trois planches de skateboard datant de 2000, provenant d'une collection que Supreme avait dû retirer de la vente pour avoir utilisé sans autorisation le monogramme de Vuitton, sera proposé aux enchères (estimation : 12 000-15 000 euros). Un t-shirt de la même série est estimé entre 2 000 et 3 000 euros.

D'autres objets sont issus de la collaboration cette fois officielle entre les deux marques en 2017, notamment deux malles, dont l'une représente l'estimation la plus forte de la vente (70 000-100 000 euros).

Les lots mis en vente proviennent d'une vingtaine de collectionneurs. Supreme, label que s'arrachent les jeunes, a construit son succès sur la rareté, avec des produits en éditions limitées dont les prix peuvent s'envoler sur les sites de revente.

Son logo, en lettres blanches sur rectangle rouge, est directement inspiré des visuels de l'artiste conceptuelle Barbara Kruger, dont une photolithographie sur un sac en papier, portant l'inscription « I shop therefore I am » (« J'achète donc je suis ») est proposée à la vente (800-1 200 euros).

Les emblématiques t-shirts « box logo » de la griffe sont aussi mis aux enchères. Ainsi que divers objets aux couleurs du label new-yorkais comme des nunchakus, un ballon de basket, une chaise pliante, un vide-poche, un marteau, un porte-clé, avec des prix démarrant à une centaine d'euros.

Parmi les près de 150 lots à passer sous le marteau, figurent aussi des oeuvres de Kaws, artiste américain qui a collaboré avec Supreme. Notamment une sculpture noire en vinyle peint, « 4 Foot Companion », estimée entre 40 000 et 60 000 euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterEvénementsCollection