Surfstitch se retourne contre son ancien PDG

Surfstitch accuse son ancien PDG Justin Cameron ainsi que son confrère Kim Sundell d'avoir surestimé les revenus et les bénéfices de l'entreprise au premier semestre 2016. L'entreprise en difficultés a déclaré aux médias locaux la semaine passée qu'elle avait déposé plainte auprès du tribunal de district du Queensland, alléguant que des entreprises appartenant à Kim Sundell ( Coastalcoms et Three Crown Investments) « étaient sciemment impliquées [....] dans la violation présumée de certaines obligations fiduciaires et statutaires par M. Justin Cameron, l'ancien PDG de Surfstitch Group », selon une déclaration obtenue par l'Australian Financial Review.


Conflit entre la direction du groupe et son ancien patron - Surfstitch

Toujours selon Surfstitch, « M. Cameron a entraîné Surfstitch Holdings Pty Ltd dans un schéma contractuel avec Coastalcoms et TCI, apparemment afin d'augmenter les revenus et les bénéfices de Surfstitch au premier semestre de l'exercice 2016, en violation avec les dispositions du Corporations Act de 2001.(...) M. Cameron n'a pas informé le conseil d'administration de la vraie nature du schéma contractuel ni que ces dispositions étaient destinées à augmenter les revenus au premier semestre de 2016 ».

Ce mécanisme, qui a entraîné un accroissement des revenus de l'entreprise à hauteur de 20,3 millions de dollars au premier semestre de l'année, a du être annulé dans les comptes annuels, contribuant ainsi aux pertes de Surfstitch, qui ont atteint 155 millions de dollars.

La direction actuelle de Surfstitch pense que Coastalcoms, Three Crowns et leurs dirigeants, Kim Sundell et David Woodbridge, sont redevables d'une indemnisation pour les pertes et dommages causés.

Parallèlement, Kim Sundell poursuit Surfstitch devant le tribunal de district du Queensland pour 15 millions de dollars au sujet d'un accord de contenu négocié par l'ancien PDG Justin Cameron, ainsi que pour avoir proposé de prendre le contrôle de l'entreprise et de la démanteler.

Selon l'AFR, Surfstitch n'aurait engagé aucune action légale contre Justin Cameron. Toutefois, la Securities and Investments Commission australienne enquête sur les divulgations originales de Surfstitch concernant la transaction avec Coastalcoms et pourrait prendre des mesures à l'encontre de M. Cameron dans le cas où elle trouverait des preuves de malversations.

En outre, Surfstitch a annoncé la vente pour 17 millions de dollars du fabricant d'accessoires de surf Surf Hardware International à Gowings Bros Ltd, qu'il avait acquis à Crescent Capital et Macquarie Capital pour 24,3 millions de dollars il y a un an. Cette acquisition s'était à l'époque inscrite dans le cadre du projet de Justin Cameron de faire de Surfstitch l'Amazon Prime des sports de glisse. Justin Cameron a été contraint, plus tôt dans l'année, de quitter l'entreprise, après une série de baisses brutales des résultats.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresLuxe - AccessoiresBusiness