Tati : les salariés, fatigués, attendent l'épilogue

Près de 150 salariés de Tati et de trois autres enseignes d'Agora Distribution (groupe Eram) attendaient lundi devant le tribunal de commerce de Bobigny, qui examine les offres de reprise de l'enseigne, placée en redressement judiciaire début mai, a constaté une journaliste de l'AFP.

AFP

Plus de trois mois et demi après la mise en vente d'Agora Distribution (140 magasins et plus de 1 700 salariés au total) par son propriétaire Eram, des militants CFDT affichent clairement en début d'après-midi la couleur avec des tee-shirts siglés Gifi, fabriqués pour l'occasion, et des panneaux « tous avec Gifi », une des trois offres en lice.

Fouzia Bekhedda (Seci-Unsa) souhaite aussi que le tribunal « donne un avis favorable » à l'offre de Gifi. Il « est temps de mettre un terme à tout cela car c'est psychologiquement fatigant », dit-il.

Cela « a été long, stressant et dur » pour les salariés, « qu'il y ait un débouché, c'est essentiel », soulignait pour sa part Male Papa (CGT). « La seule chose que la CGT soutienne, ce sont les salariés et l'emploi », lance Karl Ghazi de la CGT Commerce.

Le tribunal de commerce, qui rendra sa décision le 26 juin à 14h, devra départager deux principales offres, celle du groupe GPG, présidé par le fondateur des magasins Gifi, Philippe Ginestet, et celle d'un consortium d'enseignes à bas prix, composé de La Foir'Fouille, Centrakor, Stokomani, Maxi Bazar et Dépôt Bingo.

Souhaitant que ces deux candidats puissent combiner leurs offres, le tribunal avait donné fin mai un délai de trois semaines. Mais aucune entente n'a été possible et les offres ont été revues tour à tour à la hausse.

Au final, GPG prévoit de reprendre 1 428 emplois directs et 109 magasins, en maintenant l'enseigne Tati. Le consortium projette, lui, la reprise de 1 298 salariés et de 98 magasins, dont 16 resteront sous enseigne Tati. Tous deux prévoient de poursuivre des franchises (24 pour GPG, 27 pour le consortium).

La troisième offre, émanant de l'enseigne discount Babou, ne porte que sur six magasins.

L'amélioration des offres a été saluée par tous les syndicats, de même que celle du financement du plan social, porté à 5 millions d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterDistribution