Territoire d’Homme mise sur la force du réseau

Rassemblés sous l’enseigne Territoire d’Homme, les 47 commerçants du groupement coopératif du même nom ont choisi l’union pour mieux résister sur le secteur de l’habillement masculin, au sein duquel plusieurs enseignes et détaillants marquent le pas. Un atout que définit le président de Territoire d’Homme Philippe Drhouin, propriétaire d’un magasin à Lons-le-Saunier, dans le Jura : « Chaque adhérent du réseau est indépendant. On ne lui promet rien, mais celui-ci bénéficie, moyennant une cotisation mensuelle, d’un outil commun permettant d’accéder à la commande de produits ». Le chiffre d'affaires total dégagé annuellement par ces commerçants est de 22 millions d'euros.


Magasin de Montbrison - Territoire d'Homme

La structure actuelle de Territoire d’Homme a été initiée en 2011 par la création de la société Cimao, née de la fusion des groupements d’achats Activ (ex-groupe textile Vestra, qui détenait déjà le nom d'enseigne Territoire d’Homme) et Optimal. Sa centrale d’achat abrite les marques propres développées par le réseau coopératif, dont le siège employant quatre personnes est basé à Seclin dans le Nord, près de Lille. Un entrepôt logistique y est aussi implanté et tous les membres sont reliés par le même système informatique.

Visant une clientèle plébiscitant une mode plutôt classique (cérémonie, costume, draperie, sportswear et accessoires), les trois labels pensés par le groupement se nomment Optimal, Griffe Noire et Ugo Ferrini. « Les collections sont présentées deux fois par an à nos adhérents, et chacun adapte son assortiment selon son implantation et les envies de sa clientèle habituelle, raconte Philippe Drhouin. Le tronc commun est ensuite complété librement par chacun avec d’autres griffes. Certaines marques sont partenaires, telles que Ruckfield, Peter Polo et Alberto par exemple ». L’offre propre représente entre 30 % et 90 % de l’assortiment des détaillants Territoire d’Homme.

Accompagné d’une agence établissant des plans de communication que peuvent utiliser les adhérents, le réseau peut décrocher des prix attractifs côté confection grâce à sa force de frappe. Un million d’euros ont été dépensés l’an dernier par les adhérents en ce qui concerne les achats. « Notre voix est entendue des fournisseurs, ce qui nous permet d’obtenir des bons tarifs, et de conforter nos marges, qui sont très compétitives en comparaison avec d’autres acteurs du secteur », avance le président.


Collection été 2018 - Territoire d'Homme

Installés dans des petites et moyennes villes de l’Hexagone, les membres du groupement échangent également sur leurs bonnes pratiques, les best-sellers, et peuvent se rendre service, par exemple en procédant à des échanges de stocks. L’un d’entre eux endosse également le rôle de responsable de collection et rencontre les fabricants.

L’an dernier, un nouvel adhérent a rejoint le réseau à Beaulieu-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes. « Nous ne cherchons pas à densifier à tout prix notre groupe, l’essentiel est de trouver des partenaires solides. Nous n’avons finalement rien à vendre à de nouveaux arrivants, nous pouvons simplement les laisser accéder à un processus rodé ». Tous ne sont pas physiquement sous enseigne Territoire d’Homme, préférant capitaliser sur un nom de magasin connu pour certains dans leur localité depuis plusieurs générations.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER