Tommy Hilfiger et Lewis Hamilton animent Shanghai avec leur défilé "see now, buy now"

Un jour exactement avant le début d’une saison des défilés de quatre semaines, qui commencera à New York, Tommy Hilfiger s’est offert le luxe d’un défilé anticipé et surdimensionné sur le Bund, l’ancien port historique de Shanghai.


Le défilé a eu lieu sur les berges à Shanghai

Le concept see now, buy now proposé par Tommy Hilfiger est l’un des plus populaires au monde et cet événement est le cinquième de la série. Il s’agissait également des débuts du quadruple champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton en tant que designer de mode. Sa collaboration avec Tommy, parsemée de logos oversize en lettres gothiques LH et LWTH, intervient après quatre saisons de partenariat de la marque avec la supermodel Gigi Hadid.
 
Pour ce baptême des podiums, les deux partenaires ont vu grand. Un défilé-fleuve de 113 looks, vus sur les berges du Huangpu, avec les gratte-ciel multicolores et la célèbre Oriental Pearl Tower de Pudong en toile de fond. Cerise sur le gâteau : l’un des bâtiments était orné d’une immense version en néon d’une hauteur de douze étages du logo rouge, blanc et bleu, signature de Tommy Hilfiger.
 
Les co-créations de Lewis Hamilton ont ouvert le bal, avant de laisser place à la collection femme de Tommy Hilfiger, suivie d’un autre lancement pour la marque : celui de la collection Icons of Tomorrow, avec des étoiles montantes comme Hailey Baldwin, Winnie Harlow et Maggie Jiang.
 
C’est Hailey Baldwin qui a fait les premiers pas sur le podium dans une tenue rayée rouge cabine téléphonique et blanche, composée d’un pantalon de survêtement, d’une brassière de sport et d’un sweatshirt. Le premier de 29 looks purement « athleisure » : des vestes de sport orange vif, des justaucorps rouge et noir zippés, des tops vert émeraude et des vestes de base-ball. Juchés sur des bottines de chantier à plateforme, les mannequins défilaient sur les berges boueuses du fleuve. Les passagers de barges, de navires richement illuminés ou d’engins à moteur en tous genres ne manquaient pas d’applaudir à leur passage.
 
Avant le défilé, Lewis Hamilton avait déjà publié des images du lookbook dont il est le mannequin et une vidéo entière. Une sélection de looks bien pensée, disponible à l’achat dès l’instant où les mannequins sortaient du catwalk de 120 mètres.
                            
Pour les frimas de l’hiver, Tommy Hilfiger a prévu des doudounes à carreaux et des parkas, de nouvelles chemises à carreaux en patchwork et des bombers en cuir rouge sang, le tout associé à des pulls, sacs à dos et casquettes tous ornés du logo LH Gothic.


Tommy x Lewis

Lewis Hamilton assiste aux principaux défilés européens depuis près de dix ans et des influences des inspirations athlétiques de Riccardo Tisci, du pied-de-poule cher à Thom Browne et de l’obsession des sneakers de Virgil Abloh se devinent dans sa collection. Il s’agit toutefois d’une proposition claire et cohérente, dans le plus pur style américain chic, décalé cependant d’une touche street. Lewis Hamilton est peut-être néophyte en matière de design, mais il devait avoir une idée bien précise de ce qu’il voulait le jour où il a rencontré l’équipe de design de Tommy Hilfiger.
 
« Sincèrement, c’est un honneur de faire partie de la famille Tommy Hilfiger. J’ai accepté le défi de faire un stage chez Tommy parce que c’est une icône », explique humblement Lewis Hamilton.
 
Les nouvelles technologies n’étaient pas en reste. Tommy a fait équipe avec la plateforme d’Alibaba Tmall.com, leader mondial. Avant le défilé, les invités pouvaient prendre leurs mesures exactes sur des miroirs en réalité augmentée, puis visualiser de nombreux looks sur leur avatar sur des écrans géants et passer commande immédiatement.
 
Tommy et Lewis ont récolté une belle ovation à la fin du défilé. Lewis Hamilton est particulièrement populaire en Chine. Depuis l’ouverture du Grand Prix chinois en 2004, il a déjà remporté cinq victoires au Shanghai International Track, célèbre pour ses suites de virages difficiles. La mode doit lui paraître un jeu d’enfant à côté.
 
Le défilé et le premier rang étaient également remplis d’influenceurs : la star d’Instagram Lucky Blue, le réalisateur Christian Coppola, la présentatrice Laura Tobon, la styliste Mia Kong et la biologiste et mannequin Ninouk Akkerman, entre autres.


Les vêtements pouvaient être achetés dès que les mannequins quittaient le podium

« Je préfère dépenser mon budget dans des influenceurs, petits ou grands, que dans des couvertures de magazines », souligne Tommy.
 
Le lieu du défilé incarne bien le pouvoir économique toujours plus important de la Chine. Il y a dix ans, les berges du Huangpu étaient une rangée de quais, de bâtiments vieillissants et de manoirs décadents. Aujourd’hui, c’est une berge côtière de 45 kilomètres, presque immaculée, avec des chemins de course, des mini-ponts et d’adorables petits parcs.
 
Tommy Hilfiger ne publie pas ses résultats précis, mais la Chine doit maintenant représenter environ 700 millions de dollars (605 millions d’euros) de son chiffre d’affaires mondial. Pas si mal pour un créateur qui s’est lancé il y a quarante ans avec une boutique dans la cave d’une ville inconnue de la province de New York. Un peu de rêve américain en Chine...

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDéfilésEvénements
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER