Tranoï, Première Classe, Paris sur Mode, Woman : une deuxième saison en demi-teinte

En décalage d'une journée les uns par rapport aux autres, les trois principaux salons parisiens de deuxième session s'alignaient cette saison du jeudi 28 septembre au lundi 2 octobre. Qu'ils se déroulent sur trois ou quatre jours, l'enjeu pour Tranoï, Première Classe-Paris sur Mode et Woman était le même : assurer une bonne fréquentation et surtout faire venir à eux les acheteurs des meilleurs points de vente internationaux.

Dans les allées du Palais de la Bourse, printemps-été 2018 - Tranoï

Pour ce dernier point, force est de constater que Paris a fait bonne figure cette saison, rassemblant les représentants des meilleurs concept-stores et grands magasins de la planète, en marge d'un calendrier des défilés qui a clairement regagné en attractivité. Mais les salons organisés en parallèle n'ont pas toujours pu bénéficier des effets positifs de celui-ci.

Il faut dire que l'offre est grande pour le nombre d'acheteurs qui fréquentent la capitale. A eux trois, les rendez-vous des Tuileries, Tranoï et Woman recensaient plus d'un millier de marques. C'est toujours l'aspect qualitatif du visitorat qui prime sur ces salons haut de gamme de seconde session, mais certains se plaignaient néanmoins d'un manque quantitatif. Il y eut notamment une journée de samedi plus faible sur tous les rendez-vous, semble-t-il du fait d'un facteur extérieur : la fête de Yom Kippour.

Ce fut notamment le cas aux Tuileries, où Première Classe et Paris sur Mode annonçaient une fréquentation stable, là où certains exposants espéraient un retour à la hausse. Des temps morts ont en effet terni les bonnes prises de contact avec les visiteurs internationaux, représentant 60 % du total cette saison. Les organisateurs soulignaient quant à eux des points positifs, comme l'inscription de nouveaux points de vente, français et internationaux.

Sur le salon Tranoï, l'impression visuelle était meilleure, mais il faut préciser que le passage cette année de trois à deux lieux d'exposition (Palais de la Bourse et Carrousel du Louvre) a aidé à cette effet de densité. L'organisateur n'offrait d'ailleurs pas de comparaison avec l'année précédente pour cette raison, ne communiquant qu'une hausse du visitorat par rapport à la saison précédente. Il se félicitait toutefois d'une impression de reprise et d'une effervescence retrouvée sur les jours les plus forts du week-end.

Côté Woman, place Vendôme, on se montrait satisfait des résultats, le caractère plus sélectif du rendez-vous (90 marques là où les autres en recensent plusieurs centaines) s'adaptant bien à la spécificité de cette session qualitative plus que quantitative. Surtout, la comparaison du nombre de visiteurs était flatteuse par rapport à septembre 2016, puisque le salon a depuis déménagé pour se rapprocher des autres rendez-vous, lui permettant d'accroître sa fréquentation.

Pendant cette Fashion Week, les petits formats ont confirmé l'engouement qu'ils suscitent. Woman comme Tranoï tenaient parallèlement des showrooms cette saison. Qu'il s'agisse du Man/Woman Showroom, déjà rodé, ou du Tranoï Week, dont c'était la première édition, tous se réjouissaient du  nombre de visiteurs et de l'activité permanente de ses exposants pendant la semaine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresSalons