Une première formation à la ganterie voit le jour

Savoir-faire français, la ganterie possède désormais sa formation. Depuis le mois d’octobre, six étudiants ont été sélectionnés pour intégrer la première promotion de la Formation complémentaire d’initiative locale ganterie, lancée à Romans-sur-Isère, près de Grenoble.


Gant Georges Morand pour la griffe On Aura Tout Vu - Georges Morand/On Aura Tout Vu

Jusqu’à présent, les personnes intéressées par ce corps de métier devaient passer par un cursus général en maroquinerie avant de se spécialiser, grâce à des stages, à la ganterie. Mais pour Jean Strazzeri, dirigeant et président de la Fédération de la Ganterie, il était nécessaire de mettre en place une formation initiale pour faire perdurer ce savoir-faire particulier.

Il explique : « La moyenne d’âge dans notre métier est trop élevée. Le temps nous est compté si l’on veut préparer la relève et redynamiser nos ganteries. Le manque de personnel qualifié empêche les entreprises de répondre à la demande de fabrication française ».

Six étudiants sont donc aujourd’hui formés, pendant un an, au Lycée du Dauphiné, labellisé Lycée des métiers du cuir, avec des périodes de stage chez les gantiers partenaires. Une initiative soutenue par le Comité de Développement Cuir Chaussure Maroquinerie Ganterie à Lyon et par l’académie de Grenoble.

Le secteur se concentre en France autour des fabricants basés à Millau, Saint-Junien et Grenoble. La filière emploie 350 salariés et regroupe une quinzaine d’entreprises spécialistes (Agnelle, Gants Causse, Georges Morand, Ganterie Maroquinerie Saint-Junien, Atelier du Gantier, Lavabre Cadet, Lesdiguières Barnier, etc.).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresIndustrieCréation