Xavier Romatet déjà en action chez Marie Claire

Xavier Romatet, sur le départ du groupe Condé Nast International, négocie depuis quelques semaines avec les syndicats du groupe Marie Claire un vaste projet de restructuration du groupe de médias français, selon plusieurs sources proches du dossier.


Xavier Romatet - Conde Nast - Conde Nast

« Il a du pain sur la planche », a précisé l'une de ces sources bien informées.
 
La semaine dernière, Condé Nast avait annoncé le départ de Xavier Romatet après douze ans à la tête de l'éditeur de Vogue. Après avoir lancé les éditions françaises de GQ en 2008 et de Vanity Fair en 2013, il avait été promu vice-président de Condé Nast International en 2016, tout en continuant de diriger la partie française du groupe.

Xavier Romatet devrait désormais prendre la direction d'une nouvelle entité du paysage médiatique français, issue de la fusion du groupe Marie Claire, de Mondadori France et de certains titres que le groupe Lagardère veut céder, selon certaines sources.

Les négociations sont encore en cours concernant la création de ce nouveau groupe : les discussions sont complexes en raison du grand nombre de parties impliquées et de la situation difficile sur le marché, qui rend délicate l'évaluation des actifs concernés. Mais les analystes estiment que le nouveau média sera lancé d'ici la fin 2018. 

« Ce sera un vrai défi pour lui », prévient même l'une des sources.
 
La fusion du groupe Marie Claire, qui publie notamment Cosmopolitan, Avantages et Stylist, avec les titres français du groupe italien Mondadori (Biba, Grazia, Closer) et certains médias du groupe Lagardère comme Elle permettrait à cette nouvelle entité de bénéficier de nouvelles synergies dans les domaines de la distribution et des abonnements, de la comptabilité et de la gestion des annonceurs, précisent les analystes du secteur.
 
Sur son profil LinkedIn, Xavier Romatet a déclaré que son départ de Condé Nast serait effectif au début du mois de mai. « Je préfère reprendre ma liberté face à l'évolution de la vision et de l'organisation du groupe ; je suis convaincu que d'autres qualités, portées par un autre profil, seront mieux adaptées à cette nouvelle étape. »

S'il n'a pas confirmé ses plans pour la suite, il a assuré qu'il ne disparaîtrait pas pour autant du paysage médiatique, achevant sa publication par « A très bientôt ».

La semaine dernière, Ernesto Mauri, directeur général de Mondadori, a confirmé que le groupe italien négociait une fusion avec son homologue français Marie Claire. Quant au PDG de Lagardère, Arnaud Lagardère, il a précisé ce mois-ci que son groupe envisageait de céder certains titres pour réduire son lien avec le marché de la presse, qui connaît actuellement de grandes difficultés.
 
Les supports imprimés traditionnels ont vu leurs recettes publicitaires s'effilocher ces dernières années et leurs pertes n'ont pas été compensées par les publicités en ligne, qui génèrent des sources de revenus très inférieures. La part du lion des recettes publicitaires sur Internet a été dévorée par Google et Facebook. Sans compter les bloqueurs de publicité de plus en plus utilisés par les lecteurs sur leurs téléphone et ordinateur, qui posent de sérieuses difficultés aux annonceurs et aux groupes médiatiques pour évaluer leur public cible - évaluations sur lesquelles sont basés leurs tarifs publicitaires.
 
Selon l'agence Reuters, Arnaud Lagardère a déclaré dans un rapport d'activités que le groupe conserverait le contrôle sur Paris Match, le Journal du Dimanche, la radio Europe 1 et sa structure de production de vidéos, mais qu'il envisageait de céder d'autres médias, notamment l'hebdomadaire Elle. Lagardère possède également 42 % du groupe Marie Claire, part pour laquelle il cherche également un acheteur depuis quelque temps.
 
Les cessions du groupe Lagardère lui permettraient de réaffecter des investissements dans des secteurs plus prometteurs et dans lesquels il est déjà très actif, comme la publication de livres ou le commerce en duty free, selon plusieurs experts du secteur.
 
Ni Xavier Romatet, ni Lagardère, ni Mondadori, ni Marie Claire n'ont souhaité faire de commentaire.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversMédias