Fashion Week : Entre Lisbonne et Porto, le Portugal prend son envol

41ème édition de la fashion week portugaise comprenant 33 défilés sur 4 jours répartis entre Lisbonne et Porto. La mode portugaise fait de plus en plus parler d’elle et pas uniquement pour son savoir-faire textile, son industrie de la chaussure, mais par sa fraicheur et sa diversité qui en font aujourd’hui une véritable marque de fabrique, avec des noms qui s’imposent de plus en plus et l’émergence d’une nouvelle génération de créateurs.Tout a commencé par une première journée à Lisbonne, avec la présentation d’un duo historique Alves Gonçalves. A noter un travail sur les textures, avec des effets de tissus froissés, plissés, satinés, et des motifs façon tie & dye.Autre grand nom, Carlos Gil, qui revient à Lisbonne après avoir défilé à Milan. Il est le créateur officiel de la première dame du Portugal. Sa collection prône une envie de fluidité, de douceur et des accessoires qui s’enroulent autour de la taille et du cou.Pedro Pedro, met en avant des matières techniques, autour du nylon avec un jeu de couleurs contrastées et des vêtements à multiples poches. Direction Porto, avec 3 jours de présentations et des noms à retenir :Beatriz Bettencourt surfe sur les dernières tendances, les inscriptions sur les vêtements et un stylisme recherché avec des corsets qui enveloppent la silhouette et des tailles nouées.Sara Maia, créatrice de 28 ans mise sur le sport et un esprit militaire avec du nylon en total look et des découpes osées sur des tops.David Catalan, créateur de mode masculine, joue la carte de la légèreté et de la fonctionnalité avec des t-shirts ajourés, des vestes à poches et des pantalons aux nombreuses fentes.Alexandra Moura, s’intéresse également à la fonctionnalité du vêtement, avec des silhouettes aux multiples poches et des liens qui se nouent …Pé de Chumbo, mise avant tout sur la matière, jusqu’en voir la trame, l’essence… et la transparence.Luis Buchinho, se concentre sur la coupe, avec des robes découpées, froncées, des effets de plissés et des spartiates à l’allure futuriste. Estelita Mendoça, en met plein la vue avec des mannequins à la tête recouverte, aux corps ceinturés, pour une garde-robe unisexe, sans oublier le détail fashion : la clé autour du cou !On termine par Susana Bettencourt, qui impose son esthétisme visuel avec de la maille aux motifs graphiques illustrant des pistes d’aéroport !La mode portugaise prend son envol ! Musique libre de droit : Bandit & Nikit 2017

Copyright : Paris Modes Productions