Publicité : quasi-disparition du "porno chic" en 2008 mais encore du sexisme

PARIS — Les publicitaires en France n'ont presque plus fait appel aux codes visuels du "porno chic" en 2008 mais certaines affiches restent sexistes, a dit lundi l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) dans son bilan annuel.


Campagne de communication parfum Yves Saint Laurent

"L'étude révèle la disparition quasi-totale du phénomène du porno chic, dont le bilan 2007 avait souligné l'inquiétante résurgence ponctuelle", indique l'ARPP, qui a examiné 90.996 publicités en 2008.

Globalement, seuls "46 cas de manquements à la recommandation +image de la personne humaine+ ont été relevés (dont seulement 5 cas de porno chic, ndlr), soit 0,05%" du total, contre un taux de 0,10% en 2007, ce qui fait de 2008 "un cru historiquement bon en matière de respect des règles", se félicite l'ARPP.

"Dans ce paysage apaisé, les manquements constatés marquent un retour aux basiques: gros plans aguicheurs sur des postérieurs ou décolletés féminins dénudés sans relation avec le produit, femmes objets sexuels, hommes à femmes, allusions et représentations graveleuses", indique l'ARPP, qui note aussi "un net recentrage des atteintes sur les femmes".

L'Autorité cite le cas de femmes aux poses suggestives pour des publicités de motos ou d'accessoires de voitures, de couples nus pour des publicités de services (assurance, finance, distribution...) ou encore le buste d'une femme en train de se déshabiller pour de la réclame informatique.

Autres manquements constatés, des atteintes à la dignité de personnages en raison de leur physique ou de leur âge.

Il s'agit parfois de personnages en surpoids ridiculisés (deux cas), d'hommes au physique ingrat (petits, gros, chauves, boutonneux...) mais attirant de jolies filles grâce à leur argent (cinq cas) ou d'allusions douteuses à la sexualité défaillante de personnages âgés (deux cas), selon l'ARPP.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

ParfumsMédias
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER