"Les dessous chics" de Claire Mabrut : pas qu'une histoire de la lingerie

PARIS, 12 nov 2005 (AFP) - Guêpières, porte-jarretelles, corsets ou bas ont été immortalisés par les Sophia Loren, Brigitte Bardot et autres Madonna : dans "Les dessous chics", la journaliste Claire Mabrut raconte en détail l'histoire de la lingerie tout en brossant le portrait de certains de ses créateurs.


Marlène Dietrich en 1930 dans le rôle de Lola dans L'ange bleu de Sternberg
AFP archives

"La lingerie est une affaire de hauts et de bas", explique Claire Mabrut en rappelant que face au porte-jarretelles devenu mythique grâce aux jambes de Marlène Dietrich dans les années 1930 avec le film "L'ange bleu", "les frères Fleischer ont dégainé le personnage de Betty Boop, immortalisée par sa jarretière".

"Deux tentatrices, deux icônes pour deux accessoires de mode sexy. La seconde joue les charmantes innocentes tandis que la première ancre le porte-jarretelles dans la vision de la femme de cabaret et de petite vertu", écrit-elle.

"Nous ne sommes plus depuis longtemps que maman ou putain et si c'est vrai que la lingerie a bien servi les caricatures, elle a aussi nourri les rêves", écrit en préface Nathalie Rykiel dont la maison vient de sortir une ligne de lingerie.

Devenue le "nouveau porte-drapeau des marques, c'est la libération et l'émancipation des femmes qui peut se lire dans l'évolution de la lingerie", poursuit-elle, "en n'étant plus le carcan d'une femme-objet mais un accessoire maîtrisé et choisi au service du plaisir".

Les femmes n'ont pas toutes applaudi la fin du corset dans la foulée des diatribes virulentes du couturier Paul Poiret puis de Madeleine Vionnet et Coco Chanel, rappelle Claire Mabrut.

La journaliste donne deux éléments de réponse pour expliquer la fascination exercée par le corset. "D'un côté, l'aspect rigide du corset donne à la femme qui le porte un air vertueux, illustre sa +tenue+ et ses manières impeccables. De l'autre, il met en valeur des courbes rondes, charnelles, finalement hyper sexy".

En plein mouvement MLF, la créatrice de lingerie Sabbia Rosa avait du retirer de ses vitrines ses porte-jarretelles, vendant également ses strings sous le manteau : "je faisais vraiment bien attention à ne pas les montrer à n'importe qui!", se souvient cette pionnière de la séduction.

L'auteur humanise son livre de portraits de créateurs de lingerie comme Chantal Thomass ou Fifi Chachnil. Son portrait le plus saisissant est celui de Mr Pearl, curieux personnage né en Afrique du Sud il y a près de 45 ans et qui travaille avec les plus grandes maisons de mode et les stars de la scène.

Mr Pearl vit dans l'ombre sa passion dévorante pour les corsets jusqu'à en porter lui-même. "La légende veut que son tour de taille ne dépasse pas selon les sources, les 42,5 à 45 cm", dit-elle. "Porter un corset revient à explorer et développer une certaine discipline personnelle", affirme Mr Pearl qui a banni "junk food, bières et haricots" de son alimentation.

("Les dessous chics", par Claire Mabrut, ed Hugo et Compagnie, 160 pages, 29,50 euros)

Par Dominique AGEORGES

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

LingerieMédias
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER