×
Publicités
Publié le
9 sept. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​Atelier Missegle repousse les murs pour accompagner son développement

Publié le
9 sept. 2021

Le spécialiste des fibres naturelles Atelier Missegle entend sortir grandi de la crise sanitaire. Après s'être mobilisé pour la production de masques, l'entreprise de Burlat (Tarn) s'est offert un nouveau bâtiment éco-responsable de 1 500 mètres carré, venant s'ajouter aux 1 700 mètres carrés déjà exploités. Des surfaces dédiées à la production, mais aussi aux lieux de vies pour les salariés, garants du savoir-faire local.


L'équipe devant la nouvelle extension de l'atelier - Atelier Missegle



Forte de 38 salariés, la structure a depuis le début de la crise sanitaire produit 230 000 masques, et récoltés 230 000 euros pour la recherche contre le Covid-19. L'entreprise revendique avoir par ailleurs produits quelques 300 000 paires de chaussettes, 30 000 pulls et 40 000 accessoires (dont couvertures). Une activité soutenue que va venir accompagner un nouveau bâtiment, qui permet de porter à 1 150 mètres carré la surface de l'atelier, et d'atteindre 240 mètres carré de surface d'expédition (88 720 colis expédiés l'an passé), sans oublier 80 mètres carré de studio photo.

Car l'entreprise officie à 80 % pour sa propre marque Missegle, dotée de son site de vente en ligne. Mais la structure hérite surtout des valeurs de Myriam Joly, ancienne éleveuse de chèvres Angora et productrice de laine mohair. Et qui, en 2007, avait repris le fabriquant de chaussettes avec lequel elle travaillait. Ethique et environnement sont au centre de l'organisation, avec des productions en petites quantités pour éviter gaspiller des matières en sur-stockant, un tricotage de pulls en une seule pièce avait d'éviter les chutes, ou encore détricotage des pièces présentant des défauts.

"A court et moyen terme, nous voulons d’abord consolider ce que nous avons accompli jusqu’à présent", explique la dirigeante, épaulée de ses fils Olivier et Gaëtan. "Nous voulons poursuivre la formation des personnes récemment embauchées, pour garantir la pérennité de la transmission de nos savoir-faire. Nous souhaitons aussi continuer à sélectionner les matières les plus intéressantes. Toujours des fibres naturelles, animales ou végétales, mais en utilisant les évolutions et les innovations environnementale les plus récentes. A plus long terme, nous espérons qu’il nous sera possible de tricoter au maximum des fibres naturelles issues des filières françaises, qui poursuivent leur développement. Et pourquoi pas quelques belles surprises…"


L'extension se partage entre espace de fabrication et lieux de vie - Atelier Missegle



En attendant, Atelier Missegle affiche déjà 5,2 millions d'euros de chiffres d'affaires, et porte fièrement le label Entreprise du Patrimoine Vivant. Patrimoine notamment symbolisé par la jeunesse de ses équipes, dont deux tiers ont moins de 40 ans. Des équipes dont les compétences sont régulièrement mises à jour via des cycles de formations. Tandis que, pour fidéliser les équipes, une partie des nouveaux locaux est dédié à leur qualité d'environnement de travail, avec salle de repos, cuisine, salle de sport, terrasse, ainsi qu'un espace de cocréation ouvert à tous. Une attractivité du lieu de travail qui pourrait devenir clef dans une filière peinant à recruter.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com