×
Publicités
Publié le
28 juil. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​Better Cotton Initiave s'attend à un nouveau record de production en 2021

Publié le
28 juil. 2021

Après avoir atteint un record de 1,7 million de tonnes métriques de coton produit en 2020, la Better Cotton Initiative s'attend à afficher un nouveau record pour l'exercice en cours. Et ceci alors que l'organisme mondial de certification des agriculteurs annonce être rejoint par 180 nouvelles marques, groupes et fabricants.


Shutterstock



Durant le premier semestre, quelque 165 fournisseurs et fabricants implantés dans 27 pays (Bulgarie, Salvador, Mexique, Singapour, Tunisie…) sont en effet devenus membres de BCI, ainsi que 22 détaillants et marques originaires de 13 pays. Parmi ceux-ci figurent Hanes Brands, Gerber Childrenswear, Rip Curl, Happy Socks, Tally Weijl, Tokmani, Hush ou encore Just Jean et Kingfisher. Portant à 2.200 le nombre de membres du programme.

Mais BCI indique surtout avoir connu sur le premier semestre une forte accélération de sa production de coton, avec 946.000 tonnes métriques, contre les 1,7 millions produites sur l'année 2020 dans son ensemble. Une tendance qui, si elle persiste sur la seconde moitié de l'année, devrait permettre à l'organisme de dépasser l'exercice précédent. Qui constituait déjà un record pour son activité.

Avant crise, le coton avait représenté sur l'exercice 2019 quelque 25,7% de la production de fibres mondiales, selon Textile Exchange. Au sein de cette production, la part des "preferred cotton", qui intègrent des engagement sociaux et/ou environnementaux, avait elle atteint 22%, contre 5% en 2014. Sur ces 22%, pas moins de 10,53% seraient dus au seul coton BCI. Et même 19% en comptant les programmes qui ont décliné son modèle (comme Abrapa, Cmia ou MyBMP). Sachant que BCI entend peser 30% de la production mondiale de coton à horizon 2030.

Une hégémonie grandissante qui vaut d'ailleurs à BCI une certaine défiance parmi les acteurs investis dans la mode responsable. L'an passé, BCI certifiait 2,4 millions de fermiers et exploitants agricoles dans le monde, les engageant à produire de façon plus durable leur coton. Mais l'attractivité du programme est couramment accusée d'avoir détourné ces agriculteurs du coton biologique, plus exigeant. Et dont la production à chuté en parallèle de la montée en puissance de BCI. Avant-crise, les programme BASF, Cleaner Cotton, Fair Trade, ISCC, Organic ou Reel Cotton ne pesaient que 3% de la production mondiale.

Une autre critique récurrente à l'encontre de BCI sont les cas constatés dans les médias d'exploitants certifiés qui ne sépareraient pas clairement leur production BCI de leurs productions conventionnelles de coton. Créant un risque de voir le label involontairement "greenwasher" des matériaux. Un écueil sur lequel d'autres certifications plus contraignantes comme Gots (Global Organic Textile Standard) ont bâti leur succès. BCI a récemment été attaqué pour sa position concernant le cas des Ouïghours du Xinjiang.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com