×
6 178
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
1 juil. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​E-commerce: la Fevad dénonce un "moratoire déguisé" sur les entrepôts

Publié le
1 juil. 2021

Alors que les sénateurs ont décidé via le projet de loi Climat de soumettre les entrepôts de vente en ligne à la procédure d'autorisation d'exploitation commerciale, la fédération du e-commerce Fevad dénonce un "moratoire déguisé" révélant une "volonté délibérée de freiner le développement de l'implantation du e-commerce en France".


Shutterstock


Le 28 juin, le Sénat a introduit au volet "artificialisation des sols" du projet de loi le fait que les entrepôts de vente en ligne de plus de 5.000 mètres carrés seraient soumis à autorisation. Une mesure à laquelle échapperaient cependant les entrepôts destinés à prendre place sur des friches.

Une disposition adoptée contre l'avis du gouvernement. Pour la Fevad, le coup est rude, alors même que la vente en ligne a permis de maintenir un niveau de consommation "non essentiel" durant les périodes de confinement. Notamment au profit de centaines de milliers d'entreprises et commerçants numérisés.

"Au cours de l’année écoulée, les ventes internet des commerces physiques ont progressé deux fois plus vite que l’ensemble du marché et trois fois plus vite que celles des sites spécialisés", rappelle l'instance représentative. "Là où certains continuent de vouloir opposer commerce physique et internet, la crise a montré, au contraire, à quel point ces deux canaux sont complémentaires et plébiscités par les consommateurs: 7 Français sur 10 souhaitent que leurs commerces de proximité proposent un service de vente en ligne en complément du magasin".

Pour la Fevad, le Sénat risque de freiner le développement des dispositifs logistiques en France malgré la "tendance inéluctable" de l'omnicalisation des commerces. Cela pourrait amener les grands acteurs à privilégier un déploiement aux frontières de l'Hexagone, créant un flux de colis venant d'Europe centrale et du Sud, et dont ne profiteraient pas les logisticiens français.

La fédération pointe d'ailleurs que ce transfert pourrait à terme menacer des acteurs logistiques et postaux qui avaient trouvé un relais de croissance dans les colis. Ce que confirmait récemment à FashionNetwork.com le directeur commercial du groupe La Poste (Branche Services), Florent Huille (relire notre interview).


Shutterstock


"La Fevad souligne que des mesures ont déjà été introduites par les députés, lors du vote à l’Assemblée nationale, afin de renforcer la capacité des collectivités territoriales à planifier le développement de l’implantation des entrepôts logistiques", pointe par ailleurs la fédération, qui souligne que ces entrepôts sont déjà soumis à des règles d’urbanisme et couverts par la législation sur les installations classées pour la protection de l’environnement. La fédération appelle désormais l'exécutif et les députés à s'opposer dans les prochaines semaines à la disposition ciblant les entrepôts de vente en ligne.

Cette mesure visant les entrepôts s'est très librement inspirée des travaux menés à la demande de l'Elysée par la Convention citoyenne pour le climat (CCC), et qui portaient de façon générale sur les lieux de commerce. Travaux dont les propositions ont par ailleurs été très largement écartées par les parlementaires et l'exécutif. Le commerce avait déjà eu à s'inquiéter d'une autre des propositions issues de la CCC, à savoir le droit de regard des élus concernant les affichages lumineux présents dans les commerces.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com

Tags :
Autres
Industrie