×
Publicités
Publié le
3 déc. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​Fourrure: la filière veut poursuivre le groupe Lagardère en justice

Publié le
3 déc. 2021

Le magazine ELLE a annoncé le 2 décembre vouloir exclure la fourrure sur toutes ses éditions et plateformes, et ce dans ses contenus éditoriaux comme publicitaires. La Fédération française des métiers de la fourrure indique se préparer à attaquer son éditeur, le groupe Lagardère, "pour refus de vente", et ceci "au nom de toute la filière des matières animales".


Shutterstock


Pour la fédération, ELLE se rend coupable d'un refus de liberté du consommateur et d'une discrimination à l'égard des annonceurs. Et dénonce une nouvelle fois les pressions exercées par des mouvement radicaux.

"Les professionnels de la fourrure estiment être des lanceurs d’alerte face à un mouvement imposé aux créateurs, marques et consommateurs", indique la fédération, "pour ne plus pouvoir choisir entre des matières naturelles et des matières synthétiques promues par les organisations militant contre l’élevage et l’utilisation de produits animaux".

Au-delà de la fourrure, les professionnels de la filière invoquent dans leur défense les secteurs du cuir et des peaux lainées d'ovins ou caprins, qui sont selon eux les prochaines cibles des organisations de défense du bien-être animal. Le communiqué évoque ainsi Peta, qui a acheté l'an passé des actions Kering pour exiger l'abandon de la laine. Récemment, deux militants de Peta France, déguisés en moutons ensanglantés, ont manifesté en ce sens devant les grands magasins parisiens.

Début novembre, la fédération de la fourrure annonçait en appeler au Conseil constitutionnel concernant un texte parlementaire préparant l'interdiction prochaine des élevages d'espèces prisées pour leur fourrure. Le 29 septembre 2020, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili avait annoncé la fin des élevages de visons pour leur fourrure en France d’ici cinq ans.


Manifestation de l'association PETA devant les grands magasins parisiens contre l'achat de produits en laine. - PETA


Un domaine où ne subsisteraient déjà que quatre sociétés spécialisées cumulant 10.000 bêtes, et générant 2.500 emplois directs et indirects, selon la fédération. Elle en appelle désormais au soutien des marques, groupes et créateurs responsables, "soucieux de défendre les artisanats de manière durable et naturelle".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com