×
Publicités

"Iniquité" commerce / e-commerce: "Certaines branches du commerce vont mourir" selon Eric Ranjard

Publié le
today 16 janv. 2013
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Eric Ranjard

A l’occasion de la présentation des résultats 2012 des centres commerciaux, le président du Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) Eric Ranjard a une nouvelle fois souligné la trop forte imposition du secteur. En particulier face à un e-commerce bénéficiant d’une iniquité fiscale, et n’étant pas freiné par les fermetures dominicales.

"Le commerce physique continu de voir les taxes augmenter au fil des ans, en complet décalage avec le chiffre d’affaires des commerçants", a ainsi expliqué Eric Ranjard, pointant des niveaux d’imposition "faramineux". Un problème auquel s’ajoute la concurrence grandissante d’un e-commerce souffrant moins de ce type de contraintes. "Certains secteurs d’activités, comme les pure-players internationaux du e-commerce, bénéficient d’une iniquité fiscale scandaleuse", pour Eric Ranjard. "Et cela alors que, les clients venant faire leur choix en magasins pour ensuite commander en ligne, les commerçants permettent à ces pure-players de faire des profits".

Un problème législatif qui ne se limite pas à des questions fiscales, pour Eric Ranjard. "Si vous voulez ouvrir un établissement commercial en France, cela prend des années pour avoir les autorisations requises", rappelle-t-il, soulignant des contraintes bien moindres s’agissant du commerce en ligne. "Il faut une évolution. Autrement, petit à petit, certaines branches du commerce vont mourir".

Le président du CNCC en a également profité pour évoquer la question des ouvertures dominicales. "Nous devons faire face à un e-commerce ouvert 365 jours par an sur 24h", insiste-t-il, rappelant au passage que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, comme maire de Nantes, refusait les ouvertures le dimanche dans sa ville. "Nous avons en France la législation la plus restrictive d’Europe. Nous demandons, en accord avec le Conseil du Commerce de France (CdCF), une douzaine de dimanches par an. Ce n’est pas la mer à boire".

Des questions qui seront sans nul doute évoquées le 24 janvier prochain. Le CNCC tiendra en effet à l’Assemblée Nationale un colloque sur le thème de l’emploi, auquel prendra part notamment la ministre du Commerce Sylvia Pinel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com