×
6 870
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
13 janv. 2008
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

"L'art entre en gare": 70 ans de rencontres entre l'art et le monde du rail

Par
AFP
Publié le
13 janv. 2008

REIMS (AFP) - Tenues griffées Christian Lacroix, affiches de Salvador Dali, citations de Prévert ou clichés de Doisneau : le train-expo "L'art entre en gare" a débuté à Reims un tour de France pour les soixante-dix ans de la SNCF et autant d'années de rencontres fécondes entre l'art et le monde du rail.


L'exposition dévoile l'évolution des tenues du personnel embarqué, de La Belle Jardinière à Christian Lacroix - Photo : Matthieu Guinebault/FashionMag

"Nous voulions que le visiteur se déplace dans le temps et dans l'espace: on entre dans le train en 1938 et on en ressort en 2008", expliquent Nicolas Delon et Julien Choppin, architectes trentenaires, responsables de la scénographie de l'exposition.

Les cinq voitures du train-expo révèlent la fascination réciproque entre le monde ferroviaire et les arts populaires.

Affiches commandées à Salvador Dali en 1969, croquis de Ted Lapidus pour les tenues des contrôleurs en 1990, plans futuristes de la gare d'Avignon inaugurée en 2001, intérieurs du TGV griffés Christian Lacroix en 2006 : la SNCF a toujours fait le pari d'associer le fonctionnel et l'artistique.

Mais le monde du rail est aussi une source d'inspiration pour les créateurs. Alors que les clichés de Robert Doisneau sur le monde des cheminots s'exposent dans les premières voitures, le collectif d'artistes "Trafik" met en vidéo dans le dernier wagon, le design des horloges lumineuses de la SNCF.


"L'Art entre en Gare" exposition au Grand Palais de Paris
Photo : AFP

Dans les vingt compartiments chronologiques, les photos de presse - où l'on aperçoit sur le quai les plus grandes stars internationales - répondent aux ambiances sonores où se mêlent chansons populaires et annonces en gare, depuis les accents rocailleux des années 40 au timbre suave de Simone Hérault, "la voix de la SNCF".

L'exposition invite aussi à un retour sur un imaginaire collectif et personnel. "Chaque Français a un peu l'impression que la SNCF lui appartient, car il a sa propre expérience du train. Nous faisons partie du patrimoine", analyse Michel Pronost, responsable de la communication à la SNCF, qui attend près de 60 000 visiteurs dans dix-huit villes étapes prévues jusqu'au 26 janvier.

Pour resserrer encore ce lien, des "espaces d'expériences" dévoilent les objets trouvés les plus insolites ou font revivre, grâce à un simulateur de vitesse, les sensations ressenties dans le train, lors du record du monde battu en 2007.

Par Jordane BERTRAND

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Tags :
Evénements