×
Auteur :
Publié le
22 oct. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

"Les Habilleuses", un documentaire engagé en salle le 31 octobre

Auteur :
Publié le
22 oct. 2018

Elles s’appellent Caroline, Clélia, Hollie, Léa, Odélia et Samantha. Ces six futures habilleuses et costumières sont élèves du lycée de la mode et du spectacle Paul Poiret, dans le XIe arrondissement parisien. Dans le cadre de leur formation, elles s’engagent à concevoir des vêtements avec et pour quatre sans-abri de la capitale, Karim, Linda, Maurice et Perle. Un projet à découvrir dans le documentaire Les Habilleuses de Jean-Louis Mahé et Gill Sgambato, produit par Pleine Image et Sur les toits, en salle le 31 octobre.
 

L'affiche du film « Les Habilleuses » - Pleine image


Pour mener à bien cette mission, les six jeunes filles sont parties à la rencontre de ces personnes qui vivent dehors. Au cours d’entretiens, elles ont découvert certaines des problématiques inhérentes à la condition de sans-abri : le froid, la chaleur, les vols, la sécurité, la lumière, l’inconfort… Pour tenter de répondre aux besoins de Karim, Linda, Maurice et Perle, elles réfléchissent avec eux à des vêtements protecteurs : rembourrés au niveau des fesses et des hanches pour dormir par terre ou faire la manche, à des poches dissimulées pour ne pas se faire voler ses papiers ou encore à des doublures amovibles pour des vestes à porter l’hiver comme l’été.
 
Dans les locaux du lycée Paul Poiret, les habilleuses choisissent les matières (jamais trop lourdes), les couleurs (pas de blanc ni de noir, trop salissants), imperméabilisent les tissus ou encore mobilisent toutes leurs ressources afin d’imaginer une capuche hybride, entre capote de landau et parapluie pour s’abriter des intempéries.

A travers ce documentaire, Jean-Louis Mahé et Gill Sgambato évoquent la question de l’exclusion, des dangers de vivre dans la rue, encore plus lorsque l’on est une jeune fille (c’est le cas de Linda, à peine plus âgée que les étudiantes en mode), de la solitude et du regard général porté sur les sans-abri.
 
Pour les six étudiantes, « Les Habilleuses prend la forme d’une exploration. L’exploration du monde de la rue d’abord, qu’elles côtoient sans vraiment le connaître, mais auquel elles s’affrontent ici (…) et l’exploration de la complexité de la conception et de la fabrication de vêtements adaptés. Passion de toujours, le vêtement est ici, pour toutes, le vecteur qui leur permet de s’approcher de l’exclusion et surtout de l’homme et de la femme exclus (…) Il devient une matière à inventer, à travailler, à concevoir, à fabriquer mais aussi à proposer à ceux à qui il est destiné », explique le réalisateur, Jean-Louis Mahé.
 
Comme Caroline, Clélia, Hollie, Léa, Odélia et Samantha, le spectateur découvre, apprend, s’insurge et réfléchit à la vie des sans-abri auxquels il est confronté quotidiennement sans forcément savoir que faire. Avec Les Habilleuses, ces six jeunes filles sont, elles, passées à l’action.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com