×
Publicités
Publié le
21 mai 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​Lin : un baromètre pour marquer les esprits

Publié le
21 mai 2015

Alors que les marques affichent plus que jamais leur appétence pour le lin, la filière entend désormais marquer l’esprit des consommateurs via un baromètre soulignant les avantages de la matière et l’évolution de sa perception. En l’espace d’une décennie, le lin a en effet enterré une large part des poncifs l’entourant, au profit d’atouts pour l’innovation et la durabilité. 

Illustration issue du baromètre


Si tous les Français achetaient chaque année une chemise en lin plutôt qu’en coton, c’est l’équivalent de la consommation annuelle d’eau de Paris qui serait sauvé. C’est à coup de comparaisons comme celles-ci que la CELC (Confédération européenne du lin et du chanvre) entend marquer les esprits. Et le défi n’est pas simple : si 80 % de la production mondiale se concentre sur les côtes nord de la France, de la Belgique et des Pays-Bas, quelque 76 % des Européens ignorent totalement cette position de force de l’UE.
 
Union dont la CELC a une nouvelle fois sollicité la commission, après le premier programme triennal de promotion, « Be Linen », pour s’armer de ce nouveau baromètre. « Nous avons croisé les données BVA sur la perception des consommateurs avec celles sur le cycle de vie des chemises en lin (Bio Intelligence Serice/Deloitte) et les données de la filière », explique Marie-Emmanuelle Belzung, secrétaire générale de la CELC. « L’objectif est de positionner la filière du lin dans le triptyque du développement durable : environnement, social et économique. »

Avec 12 000 emplois directs générés, la filière voit dans la mise à disposition de ces données un acte fondateur, créateur d’un socle de communication pour l’ensemble des messages à transmettre au consommateur. Ainsi, au niveau industriel, 90 % de la production française s’exporte, contre seulement 47 % de la production de champagne et 33 % de celle de vin. Côté écologie, si l’ensemble des voitures de l’UE intégrait des renforts en lin, l’économie en carburant représenterait 5,7 millions d’aller-retour Lille-Marseille.
 
« Le lin est devenu un argument commercial », souligne Marie-Emmanuelle Belzung, qui cite son utilisation promotionnelle par de grands noms comme Zara, H&M, Uniqlo, Petit Bateau, Ralph Lauren, ou encore sa mise en avant par Promod, Comptoir des Cotonniers, Somewhere, Merci, Celio, Monoprix et autres. « Le climat n’est plus le même », se félicite la secrétaire générale, qui rappelle qu’une décennie plus tôt, l’image du lin se limitait à une chemise froissée. Aujourd’hui, le plébiscite est tel que la CELC a pour la première fois à Paris mené une journée portes ouvertes, avec une « Linen Suite » rassemblant les créations en lin d’une multitude de grandes et petites marques. Un signal fort.
 
Reste que l’image du lin reste tributaire de son relais par ces marques, dont le changement de ton lié aux campagnes de la CELC montrent ses premiers effets bénéfiques. Si 63 % des Européens ignorent les applications techniques possibles du lin, ils sont néanmoins 87 % à y voir une fibre innovante. Un signe encourageant, alors que le lin a ajouté l’aéronautique, l’automobile, le sport à d’autres débouchés plus évidents comme le design et l’hôtellerie.
 
Les velléités de communication de la filière peuvent d’ores et déjà compter sur un public d’acheteurs à l’écoute. Une clientèle plus engagée que la moyenne, privilégiant à 46 % les produits locaux (contre 26 % en moyenne) et pratiquant à 22 % l’échange de biens et services (contre 14 %). Des adeptes du lin qui sont ainsi en moyenne deux fois plus engagés que la moyenne (29 % contre 14 %).

Engagement que la CELC entend par ailleurs étendre au niveau politique. Ayant déjà l’oreille du ministre de l’Agriculture et après avoir rencontré François Hollande, la confédération entend désormais être prise en compte par les ministères de l’Industrie et de l’Ecologie comme un porte-étendard de la production durable française et européenne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com