×
5 997
Fashion Jobs
GROUPE PRINTEMPS
Manager Des Ventes - Lyon H/F
CDI · LYON
CITY ONE
Cost Controller H/F
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
LEVI STRAUSS & CO
Gestionnaire de Stock Levis H/F (20h) - Giverny (CDI)
CDI · GIVERNY
LEVI STRAUSS & CO
Responsable de Stock Levis H/F - Giverny (CDI)
CDI · GIVERNY
HERMIONE RETAIL AFFILIÉ GALERIES LAFAYETTE
Responsable Maitrise d'Ouvrage en Immobilier Commercial (F/H)
CDI · PARIS
LEVI STRAUSS & CO
Gestionnaire de Stock Levis H/F (35h) - Giverny (CDI)
CDI · GIVERNY
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Chef de Produit F/H
CDI · LES HERBIERS
BA&SH
Chef d'Équipe Quai F/H
CDI · LOUVRES
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Supply Chain - Textile - Toulouse (H/F)
CDI · TOULOUSE
GROUPE PRINTEMPS
Responsable Technique (Nation) H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Responsable CRM H/F
CDI · PARIS
MODELOR
Responsable Stock Matieres H/F (2)
CDI · PARIS
SWAROVSKI
CDI – Contrôleur de Gestion France & Benelux (H/F) – Paris
CDI · PARIS
VANESSA BRUNO
Responsable de Production/Achats Prêt-À-Porter
CDI · PARIS
TOD'S
Responsable Maintenance Boutiques Zone Europe F/H
CDI · PARIS
AXENTIA
Responsables Contrôle de Gestion
CDI · PARIS
AXENTIA
Responsable E-Commerce Paris
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Responsable Des Operations Programmatique 1 Performance Marketing (H/F)
CDI · LEVALLOIS-PERRET
CONFIDENTIEL
Chef de Groupe Enseigne Maison (H/F)
CDI · GONESSE
CONFIDENTIEL
Responsable Produits Maison (H/F)
CDI · GONESSE
GROUPE CHANTELLE LINGERIE
Chef de Projet H/F
CDI · CACHAN
MAJE
Directeur(Trice) Collection Accessoires H/F
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
21 juil. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

"Métiers du passé" : les professionnels du commerce corrigent Muriel Pénicaud

Publié le
21 juil. 2018

Interrogée le 18 juillet sur les suppressions de postes touchant le groupe Happychic, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a, pour évoquer le commerce physique, parlé de « métiers du passé », mettant en avant la modernité du commerce en ligne. Déclarations qui interviennent alors que vient de se lancer une campagne pour promouvoir les métiers du commerce de mode, et alors que, chose rare, aucun ministre n’a donné le départ des soldes d’été. Aujourd’hui, différentes fédérations du commerce et de l’habillement ont donc décidé de répondre à la Ministre.


Muriel Pénicaud - AFP


« Non, Madame la Ministre, être vendeur ou vendeuse n’est pas un métier du passé, c’est un métier qui se transforme pour répondre aux nouvelles attentes des clients qui eux n’opposent pas Internet et le magasin » indique ainsi le Conseil du Commerce France (CdCF). Soulignant que l’étude de France Stratégie « Les Métiers en 2022 » annonçait même la création de 100 000 emplois supplémentaires de vendeurs entre 2012 et 2022. Et que les postes de vendeurs représentent 81 289 projets de recrutements, « soit 3,5 % tous secteurs confondus », pointe le Conseil.

Contacté par FashionNetwork.com, le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) indique s’associer totalement à la réponse formulée par le CdCF. « En effet, il ne s’agit pas de métiers du passé, mais de métiers qui évoluent » indique le délégué général Gontran Thuring, qui saisit l’occasion de « rappeler quelques chiffres contre-intuitifs » à propos des centres commerciaux. A savoir que 95 % des emplois y sont des CDI, contre 86 % pour la moyenne nationale, qu’il s’agit pour deux tiers de diplômés, avec une hausse de 20 % du nombre de postes sur la décennie écoulée. Des postes « par définition non délocalisables » précise le responsable.

Mais c’est sans doute du côté de l’Alliance du Commerce que les propos de la Ministre ont le plus surpris. L’organisme regroupe la Fédération des enseignes de l’habillement (FEH) et l’Union des grands commerces de centre-ville (UCV), représentant notamment les grands magasins. Et lançait il y a seulement quelques jours une campagne visant précisément à vanter les métiers du commerce de mode auprès des jeunes générations. Une volonté que ne viennent pas soutenir les propos de Muriel Pénicaud.


Portrait issu de la campagne de l'Alliance du Commerce pour vanterles métiers du commerce de mode - Alliance du Commerce


« Cela démontre une méconnaissance des bouleversement à l’œuvre dans notre secteur » pour le directeur général de l’Alliance, Yohann Petiot. « Cela a suscité un choc pour nos membres. Une transformation est engagée. Mais ce n’est pas que le vendeur qui est impacté, ce sont tous nos modèles économiques. Tous investissent dans le digital et la formation. Le magasin physique n’est pas mort. 65 % des français, et 54 % des 18-24 ans %, vont prioritairement en magasin, pour essayer et bénéficier de conseils. Transformer nos commerces est notre responsabilité. Celle des pouvoirs publics est de fournir un environnement équitable entre les acteurs, sans distorsion fiscale notamment, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui » .

Un point qu'aborde également le CdCF, qui évoque « ce commerce qui fait face à une concurrence déloyale des "pure players" américains et chinois et leurs millions de produits vendus à moindre coût, parfois sans TVA, ni respect des normes de sécurité imposées aux commerçants et ecommerçants français» .

« C'est en effet un raccourci bien mal à propos" pour Bernard Morvan, président de la Fédération Nationale de l'Habillement (FNH). "L'incompréhension est grande surtout au moment où se déploie le plan 'Action Coeur de Ville' dans lequel les commerçants auront un rôle primordial à jouer. Au-delà de cette problématique (le changement des business model, ndlr), la branche habillement a validé des formations ad hoc à destination des salariés de ses 40 000 commerces depuis plusieurs années déjà» , souligne en outre le responsable. « La FNH souhaite que la Ministre de l'Emploi reconsidère ses propos et les modère à un moment crucial où les entreprises de la branche sont sollicitées pour participer activement à la réussite de sa loi "Choisir son avenir professionnel"» .

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com