×
Publicités
Publié le
1 mars 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

"Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe", prévient Bruno Le Maire

Publié le
1 mars 2022

"Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe" à travers les sanctions économiques occidentales imposées en réponse à l'invasion russe en Ukraine, a affirmé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.


Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 28 février 2022. - AFP


Fermeture des espaces aériens, gel d'avoirs de personnalités ou d'entreprises, remise en question de liens financiers ou commerciaux... L'Europe et les Etats-Unis en tête ont multiplié les annonces ces derniers jours afin de dissuader Moscou de poursuivre ses assauts sur l'Ukraine.

"Le rapport de force économique et financier est totalement en faveur de l'Union européenne qui est en train de découvrir sa puissance économique", a également estimé le ministre sur France Info.

Une des dernières mesures en date, le blocage des avoirs en devises de la banque centrale russe détenues à l'étranger, a provoqué un plongeon de la monnaie russe lundi, tandis que de nombreuses personnes se sont précipitées à la banque pour retirer du liquide.

En urgence, la Russie a interdit lundi à ses résidents de transférer des devises à l'étranger et obligé les exportateurs russes à convertir une grande partie de leurs revenus en roubles.

La totalité des avoirs russes que les alliés vont geler représente "presque 1.000 milliards de dollars" a indiqué le ministre mardi, ajoutant: "Nous allons livrer une guerre économique et financière totale à la Russie", au lendemain d'un relèvement massif des taux d'intérêt à 20% de la banque centrale russe.

"Les entreprises ne pourront pas emprunter sauf à des taux élevés", a également dit le ministre français, affirmant que les Occidentaux sont prêts si nécessaire à "un nouveau renforcement des sanctions" comme affirmé la veille par l'Elysée.

"L'urgence est de relever le coût de la guerre pour le président (Vladimir) Poutine", a indiqué lundi la présidence française, en estimant que les sanctions déjà prises "font plus mal que le président Poutine ne l’avait anticipé".

Bruno Le Maire a également indiqué mardi que le peuple russe allait subir les effets des sanctions "en raison de son dirigeant". On ne sait pas faire autrement", a-t-il reconnu.

Moscou répond par une nouvelle mise en garde 



Le choix de mot de Bruno le Maire n'aura pas tardé à faire réagir du côté de Moscou. "Un ministre français a dit aujourd’hui qu’ils nous avaient déclaré la guerre économique", s'est étonné sur Twitter Dmitri Medvedev, ancien président russe et vice-président du Conseil de sécurité de Russie.

"Faites attention à votre discours, messieurs !", indiquait le message, dans une mise en garde qui n'a pas manqué de faire réagir : "N’oubliez pas que les guerres économiques dans l’histoire de l’humanité se sont souvent transformées en guerres réelles".

Des responsables de Bercy ont dans la journée relativisé de propos que plusieurs observateurs ont eu tôt fait de qualifier de menace. De son côté, le Premier Ministre Jean Castex a lui dénoncé devant les députés l'attaque "cynique et préméditée" de l'Ukraine.

"Non, aucun génocide n'a eu lieu contre les populations russophones du Donbass. Non, il n'y a pas d'arme nucléaire sur le sol ukrainien. Non, monsieur Zelensky n'est pas à la tête d'un régime nazi", a lancé le locataire Matignon.


(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com