×
Publicités
Par
AFP
Publié le
15 oct. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

#soldées : une campagne pour des salaires décents dans le textile dans le monde

Par
AFP
Publié le
15 oct. 2014

Le collectif Ethique sur l'étiquette a lancé mercredi une campagne baptisée "#soldées" pour "enrayer les salaires de misère" pratiqués par l'industrie textile dans le monde et responsabiliser les donneurs d'ordre.


#soldées est la nouvelle campagne d'Ethique sur l'étiquette en faveur des travailleurs textile dans le monde (visuel : Ethique sur l'étiquette)



"Cette campagne un peu coup de poing vise à dénoncer le fait que les ouvrières sont moins considérées comme des personnes humaines que des facteurs de production", a expliqué à l'AFP Nayla Ajaltouni, porte-parole du collectif. "Nous misons beaucoup sur les réseaux sociaux" et notamment sur twitter avec le hashtag #soldées, a-t-elle ajouté.

Le collectif entend "exiger des multinationales de l'habillement la prise en compte dans leurs pratiques économiques du droit des travailleurs de leurs chaînes de sous-traitance à un salaire vital", permettant de satisfaire les besoins fondamentaux.

Avec la Clean clothes campaign, dont le collectif est la branche française, un questionnaire a été adressé à 50 multinationales pour mesurer leur engagement en faveur du versement d'un salaire vital. Selon le collectif, aucune de celles qui ont répondu ne s'est engagée de manière significiative sur ce sujet.

En France, six entreprises emblématiques et "illustrant différents segments du marché", Vuitton, Pimkie, Promod, Celio, Décathlon et Carrefour, ont été sollicitées. Dans le cadre de la campagne, ces entreprises sont à nouveau invitées à s'engager en faveur d'un salaire vital par le biais d'une pétition.

L'organisation lance conjointement un site internet "quiestlamoinschere.org", en référence aux ouvrières du textile, sur lequel figureront notamment des comparatifs de salaires d'un pays à l'autre.

Ethique sur l'étiquette rappelle que "la plupart des 60 millions de travailleurs" du textile dans le monde "ne gagnent pas de quoi vivre dignement".

Ils voient "leurs droits fondamentaux bafoués", notamment en matière de rémunération, nombre de ces violations découlant "de l'activité de multinationales, directement ou par le biais de leurs filiales ou de leurs chaînes de sous-traitance délocalisées dans des pays moins-disant socialement, que rien en droit ne contraint aujourd'hui à rendre des comptes".

Ethique sur l'étiquette regroupe diverses associations, syndicats ou mouvements de consommateurs et vise à promouvoir le respect des droits de l'Homme au travail dans le monde.

chl/db/ed



Paris, 15 oct 2014 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.