×
Publicités

76 pays et blocs régionaux vont négocier pour réguler l'e-commerce

Par
Reuters
Publié le
today 28 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Frustrés par l’absence de règles de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) fixant un cadre au commerce électronique en pleine expansion, 76 pays et blocs régionaux - dont les Etats-Unis, la Chine, l’Union européenne et le Japon - ont accepté vendredi d’entamer des négociations dans ce domaine.


- Photo : Archive - archiv


La Chine, en guerre commerciale avec les Etats-Unis, a apporté un soutien conditionnel à cette initiative, tout en soulignant qu’il fallait tenir compte des besoins des pays en développement, des propos susceptibles d’agacer Washington.

Le commerce électronique est devenu un facteur extrêmement important de l’économie mondiale. Selon un rapport de l’OMC, il a représenté 27 700 milliards de dollars (24 285 milliards d’euros), dont 24 000 milliards de transactions entre entreprises.

En marge du Forum économique mondial de Davos, les négociateurs des 76 entités ont accepté vendredi de fixer un agenda pour ces négociations qu’ils espèrent voir démarrer cette année afin d’établir de nouvelles règles pour l’e-commerce.

« J’affirme depuis un certain temps qu’il est inacceptable qu’en 2018 (...) l’OMC n’ait pas encore eu de conversation plus approfondie, plus fructueuse, concernant un phénomène qui dirige l’économie mondiale aujourd’hui », a dit le directeur général de l’organisation lors d’une conférence de presse à Davos.

« La Chine n’était pas signataire à l’origine mais maintenant ils le sont. Ils ont réaffirmé leur intention d’entamer les négociations sur le commerce électronique. Je pense que c’est une évolution favorable », a ajouté Roberto Azevedo.

Le ministre japonais du Commerce, Hiroshige Seko, a affirmé pour sa part que son pays espérait profiter de sa présidence au G20 cette année pour accélérer ces négociations. « Les règles de l’OMC en vigueur ne répondent pas aux besoins du 21e siècle », a-t-il dit de son côté à la presse.

L’ambassadeur de la Chine à l’OMC, Zhang Xiangchen, a jugé de son côté que la déclaration sur l’e-commerce « aurait pu être mieux formulée », mais que Pékin souhaitait quand même la soutenir.

Chine critique, Inde absente

Toutefois, l’appel de Pékin à un « plein respect accordé aux demandes raisonnables des membres en voie de développement », pourrait aggraver les tensions avec Washington qui affirme que l’OMC doit arrêter d’accorder un traitement spécial aux pays comme la Chine qui se considère « en développement ».

Un autre géant asiatique, l’Inde, ne s’est pas jointe à l’initiative. New Dehli a affirmé dans le passé que l’OMC devrait d’abord terminer les négociations du « cycle Doha », qui n’ont pas abouti mais qui étaient orientées vers les pays en développement, avant de s’intéresser à d’autres domaines.

Les 164 membres de l’OMC n’ont pas réussi à consolider quelque 25 propositions sur l’e-commerce lors d’une réunion du G20 à Buenos Aires en décembre, y compris un appel à mettre en place un forum de négociations sur l’e-commerce.

Le président américain Donald Trump a qualifié l’OMC était d’organisation inefficace puisqu’elle n’a pas réussi à demander des comptes à la Chine qui n’a pas ouvert son économie comme cela était envisagé lors de son adhésion en 2001.

Bien que les Etats-Unis soient parmi les pays signataires de l’accord sur l’e-commerce, ils n’ont pas participé à une réunion informelle de l’OMC organisée à Davos en Suisse.

Roberto Azevedo a affirmé que l’absence de Washington était « totalement et uniquement motivée par des considérations intérieures » et non par une défiance du pays vis-à-vis du système commercial multilatéral. Il a toutefois exprimé son inquiétude concernant la vague de protectionnisme qui a pesé sur les discussions à Davos.

« Ces tensions commerciales ne sont pas seulement une menace pour le système. Elles sont des menaces pour l’ensemble, la totalité de la communauté internationale », a-t-il dit. « Les risques sont très réels. Il y aura des impacts économiques. »

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.