×
Publicités
Publié le
29 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A la Caserne, les ambitions de création d’un écosystème mode responsable se concrétisent

Publié le
29 mars 2022

Créer un creuset d’énergies dédiées à la création d’une mode plus responsable socialement et au niveau écologique. Telle était l'ambition portée à partir de 2018 par l'entrepreneur Jacques Veyrat d’Impala avec Maeva Bessis à la baguette. Face aux enjeux d’un secteur très polluants et aux attentes de plus en plus fortes des consommateurs le projet était emballant sur le papier.


Marques d'accessoires, de prêt-à-porter, comme ici Salut Beauté avec sa cofondatrice Sarah Nimir, côtoient labels d'accessoires et prestataires. - FNW



Et lorsque les grandes lignes du concept de la Caserne ont été tracées, l’approche a logiquement suscité l’engouement. La Mairie de Paris, les Fédérations du secteur, de grands groupes comme Kering et des industriels se sont rapprochés. La reconversion de cette ancienne caserne de pompiers de Château Landon dans le Xème arrondissement de Paris en pôle d’activité dédié aux marques et entreprises engagées dans la transition écologique de la mode avait de quoi attirer toutes les volontés.


Mais du tracé à la réalisation, le chemin a été long. La Caserne a finalement commencé à accueillir des marques en mai 2021… entre travaux prolongés et interrogations sanitaires. Progressivement les jeunes pousses de la mode et certains prestataires se sont installés, d’autres sont repartis après quelques mois sur place, des félicitations sont arrivées, quelques critiques également, des évènements ont pu se tenir, des conférences et des formations aussi, notamment avec l'arrivée de l'école Enamoma… Et, même si des travaux sont encore à finaliser, notamment avant l’ouverture d’une discothèque, l’écosystème désiré commence à prendre forme. Une quarantaine d'acteurs du secteur ont rallié les lieux pour une durée de trois ans, avant que de nouveaux profils prennent le relais.


Douze marques de maroquinerie se retrouvent à la Caserne



C’est particulièrement perceptible auprès des 12 marques de maroquinerie réunies dans les locaux (Alice Watier, Ann-So, Bag-Affair, Karen Vogt, Lironie, Laju, Léon Flam, Maison Peaux Neuves, Orega, Phi 1.618, Thyrs et Yun Yunan) et qui partagent un atelier. "On se retrouve le lundi et c’est une approche de notre activité vraiment différente, explique Anne-Sophie Biseau d'Annso Paris. Nous avançons collectivement. Nous échangeons sur les aspects techniques, mais aussi sur les problématiques d’organisation au quotidien. Nous avons pu présenter ensemble au Printemps sur un espace éphémère. Cela nous donne clairement une visibilité car chacun de notre côté nous n’aurions certainement pas été mis en avant comme cela dans un grand magasin".
 
Côté marques textiles, ces échanges sont aussi présentés comme un atout. "Clairement d’être ici, cela nous a permis d’être sensibilisés à certaines problématiques RSE, explique Yoann Aboulkassimi cofondateur du label Le Petit Dakarois. Notre approche était sur la solidarité sociale avec des ateliers au Sénégal, mais nous avons entamé un travail sur les matières que nous sourçons en Afrique. Nous avons aussi avec l’atelier de test des textiles la possibilité de tester les échantillons, ce qui va nous permettre de proposer des produits plus durables".


Les marques qui font partie du club peuvent se retrouver sur place - FNW



La Caserne est aussi un lieu de ralliement pour des marques qui ne sont pas en résidence, mais qui, pour un abonnement mensuel, se retrouvent et bénéficient des services et formations de la Caserne. C’est notamment le cas de label comme Basiques, Beyo, Leftovers dits Lovers, Tamr, Jena Kurves….

"Nous sommes à la tête de nos marques, mais cela nous permet de lever la tête du guidon et d’échanger sur nos problématiques d’entrepreneurs, précise Nawel Paschy du label TamR. Ici pour un budget mensuel nous avons un accompagnement qui nous permet de nous former, de rencontrer des acteurs du secteur et de gagner en visibilité".


FNW



Des marques déjà très établies sont aussi partenaires et permettent à leurs équipes de participer aux conférences et sessions de formation, mais aussi d’accéder aux laboratoires et d’accéder a la bibliothèque de matières responsables de la Caserne. Il est possible aussi de retrouver sur places les travaux de Techtera, les offres des prestataires comme The Woolmark company, Chargeurs, Close to clothes, Nona Source ou encore Dorlet. L’ambition est claire: permettre à tous ces acteurs de grandir ensemble. L’organisateur de salons WSN Developpement a rejoint le site, la société Fairly Made compte sur les lieux pour asseoir son rapide développement, tout comme les labels Salut Beauté et Circle, qui font figure de jeunes pousses aux concepts enthousiasmants.

Qu’ils soient installés sur place ou membres du club, l’ambition est d’accompagner la croissance de ces noms de la mode française et si possible de créer un effet d’entraînement. Les Aqueducs: nouveaux évènements mensuels lancés par l’équipe de Maeva Bessis dont la première édition se déroulera le 22-23 avril sur le thème de l'égalité, vont en ce sens. La volonté est de proposer sur deux jours une rencontre avec des spécialistes d’un secteur, à la fois pour le grand public et les professionnels. Un bon média aussi pour permettre aux marques d’être exposées auprès d’une communauté déjà sensibilisée à leur approche… et de faire grandir l’écosystème.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com