×
7 108
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
21 févr. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Milan débute mardi une Fashion Week féminine ultra intense

Publié le
21 févr. 2022

Après New York et Londres, la Semaine de la mode de Milan démarre ce mardi soir jusqu’au lundi 28 février avec un programme explosif. A raison de 10 à 12 défilés physiques par jour, disséminés aux quatre coins de la ville, la manifestation consacrée au prêt-à-porter féminin pour l’automne-hiver 2022/23 renoue avec la frénésie d’avant Covid, comme si de rien n’était. Après deux ans de pandémie, elle s’attend aussi au retour en force d'acheteurs et journalistes, en provenance du monde entier, à l’exception des Chinois.


Fendi ouvre la Semaine milanaise mercredi - © PixelFormula


Près de 170 rendez-vous sont annoncés, contre un peu plus de 200 dans les années fastes. Au programme: 67 défilés dont deux doubles (57 physiques et 8 en format digital), 77 présentations et 9 événements spéciaux. A cela s’ajoutent plusieurs défilés et présentations hors calendrier officiel. Le tout concentré à plus de 90% sur cinq jours, du mercredi au dimanche. "Il est vrai que l’on a peu de jours par rapport à Paris et à la densité du programme. On aimerait idéalement avoir une journée supplémentaire, mais les acheteurs y sont réticents. Nous essayons d’être synthétiques en contentant tout le monde", confie le président de la Camera della Moda (CNMI), Carlo Capasa. "Tout le monde veut venir à Milan ! Les demandes pour les défilés sont plus du double par rapport à l’actuel calendrier. Avec ses 800 showrooms, la ville est comme une foire à ciel ouvert. Même les grandes maisons, qui défilent ailleurs, y ont leur showroom. On vient ici pour faire du business", souligne-t-il.

Grands noms, relances et premières

Au menu, bien sûr, les les stars du made in Italy avec Fendi, et Roberto Cavalli dès mercredi, suivis par Max Mara, Prada et Moschino jeudi, Missoni, Etro, Versace vendredi, Dolce & Gabbana samedi et Giorgio Armani dimanche. Manque juste à l’appel Antonio Marras, qui a choisi de défiler à Moscou cette saison et organisera néanmoins une présentation à Milan. La capitale de la mode italienne pourra compter, en revanche, sur le retour d’une kyrielle de grands noms, qui avaient déserté ses podiums ces dernières saisons: Gucci, Bottega Veneta, avec son tout nouveau styliste Matthieu Blazy, Plein Sport et Dsquared2, qui se repositionne dans la semaine féminine présentant à nouveau ses collections homme et femme séparément.

Mais aussi Trussardi, qui se relance sous l’égide d’une nouvelle direction artistique, dévoilant samedi la toute première collection du duo composé par Serhat Isik et de Benjamin A. Huseby, à la tête de l’intéressant label allemand d’avant-garde GmbH. Ou encore Ennio Capasa, le fondateur de Costume National, qui effectue son come-back, ce mardi soir, avec sa nouvelle marque Capasa Milano. Deux autres moments forts s’annoncent. Le tout premier défilé de Diesel dans la capitale lombarde sous la houlette de son nouveau designer Glenn Martens, et celui de Ferrari, qui a recruté le styliste Rocco Iannone pour lancer en juin sa toute première ligne de mode haut de gamme.

Les projecteurs se braqueront aussi sur la jeune création, avec une dizaine de nouveaux noms, et pas des moindres. A commencer par le très cool label japonais Ambush, lancé en 2008 par la créatrice américano-coréenne Yoon Ahn avec son compagnon Verbal, dj, producteur et star du hip-hop au Japon, qui présentait auparavant ses collections à Paris. A noter aussi l’arrivée sur les podiums féminins de Palm Angels, la marque de streetwear haut de gamme de Francesco Ragazzi, issue comme Ambush de la galaxie New Guards Group (Farfetch), qui défilait jusqu’ici durant la semaine masculine.

Autres labels intéressants à découvrir, AC9, lancé en septembre 2019 par Alfredo Cortese. Diplômé en chimie et passionné de photographie, le Sicilien a découvert la mode en travaillant à la communication pour le styliste de N°21, Alessandro Dell’Acqua, qui lui a mis le pied à l’étrier en lui proposant de créer une collection capsule. Avec sa mode fluide à la rigueur nordique, traversée d’une touche sexy méditerranéenne, le jeune homme s’est vite fait apprécier et est distribué par Tomorrow.

Même parcours atypique pour l’anglo-nigérian Inyie Tokyo James, qui vient d’être sélectionné pour les demi-finales du prix LVMH. D’abord orienté sur des études de mathématiques, effectuées à l'Université Queen Mary de Londres, il bifurque vers une carrière de stylist de mode travaillant pour diverses publications internationales et quelques marques, dont il a piloté les campagnes numériques (Brioni, Issey Miyake, Puma Black Label). En 2015, il lance la publication mensuelle digitale Rough UK et se transfère à Lagos, où il fonde sa propre marque Tokyo James. Après avoir défilé à Londres, il intègre en janvier 2021 le calendrier masculin milanais avec ses créations mêlant expérimentation et audace.


Une création signée Aniye Records - DR


Après l’Académie des Beaux-Arts à Bologne, Andrea Adamo travaille tour à tour pour Elisabetta Franchi, Roberto Cavalli, Zuhair Murad et Dolce & Gabbana, avant de se lancer dans le grand bain, en septembre 2020, avec sa propre marque Andreādamo, qui s’impose en quelques saisons comme un incontournable de la maille sexy et confortable. Également passionnée de maille, Jezabelle Cormio débute à son tour sur les podiums milanais dimanche. Diplômée de la Royal Academy d’Anvers, elle collabore avec différentes marques avant de fonder sa maison Cormio en 2019 avec une première collection pour l’automne-hiver 2020/21. Elle s’inspire du monde autrichien-tyrolien pour créer des vêtements ludiques aux détails inattendus à travers des techniques de tricot expérimentales.

Autre nouveauté, la ligne Aniye Records, qui débute cette saison et dévoilera dimanche 70 looks inspirés du monde musical, conçus comme des costumes de concert. La designer Alessandra Marchi a grandi dans la mode, son père et son oncle Vannis et Marco Marchi n’étant autre que les propriétaires du groupe Liu Jo. En 2000, Alessandra a fondé à Carpi la ligne Aniye By, offrant des vêtements d’inspiration rock pour des femmes non conventionnelles. Son nouveau label sera distribué par Riccardo Grassi avec l’objectif d’atteindre dès cette première saison 100 multimarques top dans le monde.

Après quelques saisons de présentations au format digital, cette semaine sera l’occasion de découvrir enfin dans le monde réel, via des shows physiques, la petite sœur mode d'Asics, Onitsuka Tiger, et la maison danoise futuriste Hans Kjøbenhavn, présente à Milan depuis 2020. Débute aussi dans le calendrier des défilés mais en digital la marque d’outdoor d’origine britannique Husky détenue par le groupe Moschillo. Du côté des présentations, à noter une série de nouveaux noms: Francesco Murano, vainqueur du concours "Who is on next" 2020, Luciano Padovan, Miss Sohee, la jeune sud-coréenne basée à Londres, qui sera accueillie dans les espaces de Dolce & Gabbana, Balestra, Durazzi (en digital), Cukovy, Andrea Incontri, Ramzen, Bloke, Sa Su Phi, Edoardo Gallorin, Tu Lizè et Vaishali S.

Une Semaine milanaise stimulante donc, qui sera l’occasion également de découvrir de nouveaux lieux culturels de la capitale lombarde, comme le musée du design ADI Design Museum, Via Ceresio, qui devient le nouvel épicentre de la Fashion Week. La Chambre de la mode italienne y transfère, en effet, cette saison son Fashion Hub et ses multiples projets dédiés aux labels durables et émergents. Autre lieu, le Mudec, pôle culturel dédié aux diverses cultures du monde dans le quartier Tortona, qui accueillera pour la première fois des collections de recherche très créatives, sélectionnées par le salon White Milano dans le cadre de son initiative "Beyond the norm", du 24 au 27 février.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com