×

A Paris, femme et homme se partagent le même vestiaire, de Juun.J à Officine Générale

Publié le
today 18 janv. 2020
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alors que le thème de l’unisexe touche de plain-pied depuis quelques années le monde de la mode et que, parallèlement, de plus en plus de marques font défiler ensemble leurs collections féminine et masculine, force est de constater des similitudes croissantes entre les deux vestiaires.


Juun.J, automne-hiver 2020/21 - DR


A cela s’ajoute le rapprochement univoque entre un genre et l’autre, les femmes adoptant résolument une attitude masculine, tandis que les hommes ont tendance à adoucir leur silhouette. Où se situe aujourd’hui la frontière ? Plusieurs maisons ont apporté leur réponse en cette Fashion Week, notamment Juun.J et Officine Générale vendredi.

Chez Juun.J, la femme porte la culotte, tout comme l'homme. Pour sa collection hivernale, le créateur coréen, qui prône depuis longtemps une mode genderless, a choisi de faire défiler principalement des femmes pour définir encore plus la puissance de ses silhouettes à travers ses typiques volumes oversized.

Cette garde-robe à dominance noire, avec le cuir en matière phare, s'adresse indistinctement à l'homme et à la femme avec d'imposantes combinaisons full en cuir, des perfectos géants, les gros blousons années 1980, les pantalons baggy également en cuir, tout comme la cagoule-masque couvrant quasiment tout le visage et rendant du coup impossible de comprendre le sexe de son interlocuteur.
 
Un indice permet toutefois de faire la différence : les bottes à talon aiguille portées par ces dames. Pour le reste, toute la panoplie du motard y passe, indistinctement : la maxi surchemise en denim, les pantalons moulants protégés aux genoux, les gants et les gilets multipoches en cuir, dont certains sont fusionnés à des longs manteaux en cachemire.
 
"J’adore le cuir. Pour cette collection, j'ai utilisé exclusivement de l'éco-cuir synthétique respectueux de l’environnement. J'ai été surpris par les multiples possibilités qu’offre cette matière", confie Jung Wook Jun en backstage, qui varie les plaisirs en travaillant cet éco-cuir en mode vintage ou en simili croco.
 

Officine Générale, automne-hiver 2020/21 - DR


La confusion des genres se poursuit dans la partie plus formelle de la garde-robe avec des femmes habillées en costume-cravate et maxi-manteau sombres. Elles vont jusqu’à porter les mêmes trenchs et grandes vestes aux épaules carrurées.
 
Chez Officine Générale, la femme partage aussi beaucoup de pièces avec l'homme, qu'elle semble avoir subtilisées directement de la garde-robe de Monsieur. Les douillets chandails blancs, les longues écharpes frangées, les vestes, les chemises à carreaux, les ensembles en velours côtelé…
 
De fait, depuis qu'il a lancé sa ligne féminine en 2017, Pierre Mahéo a toujours emprunté de nombreux looks masculins pour habiller sa femme. Il faut dire qu’il a l’embarras du choix puisqu’il a l’art de construire pour l’homme une collection toujours très complète. La garde-robe idéale, où rien ne manque.

En particulier, les costumes sont très variés. Il y a le modèle élégant confortable avec le pantalon à pinces et la veste à deux boutons, celui vintage en velours à grosses côtes couleur carotte, celui décontracté en coton avec le pantalon retroussé. Sans oublier le costume de banquier et celui black aux pantalons légèrement plus serrés dans un esprit Sixties.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com