×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
18 juil. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Paris, la chute de la parité euro-dollar fait le bonheur des touristes américains

Par
Reuters
Publié le
18 juil. 2022

Shawna Wilson, une touriste américaine, dit avoir acheté quatre robes dans le grand magasin haut de gamme La Samaritaine à Paris, tentée par les prix alors que l'euro a atteint la parité avec le dollar américain.


Hermès - Fall-Winter2022 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


L'euro est passé sous la barre du dollar mercredi dernier pour la première fois en vingt ans. Une chute de la monnaie européenne liée à la crainte que la hausse des prix de l'énergie déclenchée par le conflit ukrainien ne fasse basculer l'Union européenne dans une crise économique prolongée.

"C'est comme si c'était en solde ici", a déclaré Wilson, 49 ans, du Colorado, dont les achats comprenaient deux robes pour sa fille. "Comme l'euro et le dollar sont à peu près équivalents, cela nous encourage vraiment à dépenser".

La faiblesse de l'euro attire les touristes, en particulier les Américains, qui sont considérés comme un moteur de croissance clé pour le secteur européen des produits de luxe au deuxième trimestre, selon les analystes de Barclays.

La force du dollar par rapport à l'euro a en partie contribué à la multiplication par quatre des dépenses touristiques en Europe en juin par rapport à l'année dernière, avec une accélération des dépenses des Américains, ont indiqué les analystes d'UBS, citant les données du fournisseur de remboursement de TVA, Planet.

Le secteur du luxe a rebondi rapidement après la pandémie, ses clients s'empressant de dépenser l'argent économisé pendant les confinements, s'offrant des cadeaux haut-de-gamme à mesure que la vie sociale reprenait.

Mais les ventes en Chine, le plus grand marché de produits de luxe du monde, ont plongé cette année, car des mesures sanitaires strictes liées aux nouvelles vagues de COVID-19 ont entraîné la fermeture de magasins, la réduction de la demande et la diminution du nombre de touristes chinois qui pouvaient dépenser en Europe.

Ainsi, alors que les Américains remplissent les vols transatlantiques, leur empressement à profiter de la faiblesse de l'euro contribue à remplacer le volume d'affaires perdu en raison de l'absence de visiteurs chinois, qui étaient la principale source de croissance des ventes de luxe en Europe avant la pandémie.

Vendredi, les sociétés de produits de luxe Richemont et Burberry ont fait état d'une hausse des ventes en Europe, qui a contribué à compenser une chute de plus de 30 % en Chine. Et la France est le pays qui a le plus profité de l'engouement des touristes.

Les ventes aux touristes en France en juin se sont fixer seulement 11,3% en dessous des niveaux de 2019, un signe positif pour les marques de luxe françaises qui sont très exposées à leur marché national, ont indiqué les analystes d'UBS.

Les touristes américains se pressaient ces derniers jours sur l'avenue Montaigne à Paris, parcourant les boutiques de luxe, qui comprennent des noms tels que Louis Vuitton, Chanel et Gucci. Ainsi, Cheryl Penn, 70 ans, agent immobilier à Delray Beach, en Floride, s'était déjà acheté une jupe et avait fait le plein de vêtements de bébé pour sa petite-fille. "Nous venons d'arriver sur l'Avenue, alors nous avons commencé notre séance de shopping", a déclaré la touriste américaine. "J'aime que l'euro et le dollar soient égaux, donc je sais exactement ce que je dépense", a-t-elle ajouté.

Jennifer Groner, une influenceuse TikTok, a fait une virée shopping à Paris en avril, alors que l'euro était sous pression par rapport au dollar. "Je n'ai jamais rien vu de tel en termes d'économies de prix", a-t-elle déclaré à Reuters, estimant qu'elle s'est offert un sac Birkin d'Hermès à Paris pour 4.000 dollars de moins que ce qu'il lui aurait coûté aux États-Unis, en payant un peu plus de 9 .00 dollars, grâce aussi à un remboursement de la TVA.

"Vous pouvez voyager en Europe, vous imprégner de la culture, mais en même temps acheter un sac", expliquait Jennifer Groner, qui a également acheté des sacs à main et des accessoires de Prada, Dior, Louis Vuitton et Chanel, pour une économie globale de 8.000 dollars par rapport aux prix américains, selon ses calculs.

Monika Arora, fondatrice de pursebop.com, un site d'information et d'actualité sur les marques de luxe, a déclaré qu'elle pensait que les marques finiraient par "harmoniser" leurs prix. "Elles l'ont déjà fait à de nombreuses reprises", soulignait-elle.

Chanel a déclaré à Reuters en mai qu'elle pourrait appliquer de nouvelles augmentations de prix en juillet pour tenir compte des fluctuations monétaires - notamment de la faiblesse de l'euro - et de l'inflation.

L'attrait de Paris reste fort pour les acheteurs américains, même si les rues commerçantes haut de gamme de New York regorgent de marques de créateurs européens de luxe. "Beaucoup de mes amies font de petits voyages de fin de semaine à Paris et ailleurs et elles font du shopping pendant qu'elles sont là - parce que c'est ce qu'on fait quand on est à Paris", expliquait Jennifer Tumpowski, devant le magasin phare de Gucci sur la Cinquième Avenue de New York.
 

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.