×
6 822
Fashion Jobs
BLEU LIBELLULE
Responsable Réseaux Sociaux & Media
CDI · MONTPELLIER
KARA
Chef de Projet Évènementiel H/F
CDI · GENTILLY
DEPECH'MODE PARIS
Responsable Adv H/F
CDI · PARIS
CONCEPT RECRUTEMENT
Responsable Technique Adjoint (H/F) – Mode – CDI – Giverny
CDI · GIVERNY
CONFIDENTIEL
Directeur Commercial Developpement Produits B2B
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Visuel Merchandising H/F
CDI · STRASBOURG
CITY ONE
Office Manager Bilingue Anglais H/F
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes H/F - CDI - Toulouse
CDI · TOULOUSE
BLEU LIBELLULE
Chef.fe de Projet Digital F/H
CDI · MONTPELLIER
METHODEWEB
Chef de Projet Digital
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Acheteur(se) Fournitures PAP & Accessoires
CDI · PARIS
JULES
Buyer Sustainable
CDI · ROUBAIX
WINNING SEARCH
Responsable Wholesale France - Nooz Optics
CDI · PARIS
GROUPE ARMAND THIERY
Chef de Produit/ Acheteur Textile H/F
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Contrôleur de Gestion Anglais Courant H/F
CDI · NANTERRE
MICHAEL PAGE
Responsable Ressources Humaines France H/F
CDI · SAINT-MICHEL-DE-FRONSAC
KIABI
CO-Leader (Directeur Adjoint de Magasin) Geispolsheim (H/F)
CDI · GIVORS
PVH CORP.
Responsable Stock (M/F/X) - Tommy Hilfiger - la Vallée Village - CDI
CDI · SERRIS
PVH CORP.
Key Accounts Controlling Manager (M/F/X)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Senior Account Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger & Calvin Klein - CDI 35h
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Directeur Comptabilite H/F
CDI · PARIS
PVH CORP.
Payroll Manager Pvh (Calvin Klein & Tommy Hilfiger) CDI (M/F/X)
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
21 janv. 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Paris, la mode Homme vue par Juun.J, Dries Van Noten, Courrèges et Ungaro

Publié le
21 janv. 2022

Les vidéos dévoilées à la Fashion Week masculine de Paris offrent une richesse infinie, chacune avec son univers cinématographique particulier, dévoilant souvent des trouvailles inattendues ou plongeant le spectateur dans des ambiances fascinantes. C’était le cas notamment vendredi avec Juun.J, Dries Van Noten, Courrèges et Ungaro, qui ont fait revivre avec leurs collections pour l’automne-hiver 2022/23, le temps d’une vidéo, des sensations oubliées, telles que voyager, faire la fête ou profiter des musées.

Juun.J, automne-hiver 2022-23 - DR


Juun.J nous invite au voyage, avec une pointe de nostalgie pour les années 1960-70. Dans un beau film tourné en noir et blanc avec une image au grain un peu flou, le créateur coréen Jung Wook Jun crée immédiatement cette atmosphère un peu mélancolique d’un passé pas si lointain, où les stars de rocks faisaient rêver avec leur aura de mystère derrière leurs lunettes noires, enveloppées dans d'amples blousons, toujours en tournée, sautant d’un avion à l’autre.

Le défilé est filmé à l’aéroport d’Incheon à Séoul. Les mannequins, hommes et femmes à la longue frange, traversent à grands pas des tarmacs vides à perte de vue, des hangars géants et d’infinis couloirs et tapis-roulants déserts sur la chanson "Still Life" du groupe berlinois Easter, murmurée comme une complainte sur un rythme électro-pop sans fin.

Le visage à moitié caché par une longue frange, une capuche ou le col d’un pull remontant jusqu’au nez, ils semblent disparaître dans leur vêtements oversized -blousons, anoraks, hoodies et pantalons- regardant à peine, ou juste de biais, la caméra, comme surpris par les paparazzis. Cette collection hivernale, baptisée Juun.Jset, fait la part belle au duvet matelassé, qui enveloppe le corps en différentes strates via des gilets, vestes, sweaters à capuche, mais aussi de volumineuses robes et maxi jupes, dans des total looks noirs, hormis quelques modèles chocolat cuivré, bleu pétrole et vert kaki.

Dries Van Noten, automne-hiver 2022-23 - ph Casper Sejersen


Même ambiance rock Seventies chez Dries Van Noten. C’est une nouvelle fois un hymne à la vie que célèbre le styliste flamand dans un court-métrage débordant de sensualité et d’énergie trop longtemps réprimées, symbolisé par un long baiser qui semble ne jamais finir. "Dream baby dream", "Laisse brûler les rêves", répète l’envoutante chanson des Suicide, légendaire duo new-yorkais précurseur du punk, tandis que la soirée tire à sa fin et les sentiments se lâchent.

Hommes et femmes se cherchent, se prennent par la main, caressent timidement un visage en quête de sensations oubliées. Les corps se rapprochent, s’effleurent, parfois se bousculent dans un éclat de rire libérateur. Pourtant les mannequins sont souvent seuls ou juste par deux ou trois dans les grandes pièces vides d’un vieil hôtel particulier éclairé à la bougie.

Leur garde-robe puise dans un registre glam androgyne décontracté, qui ne déplairait pas à David Bowie, Kurt Cobain ou Basquiat. Blouson argenté et top en lurex s’enfilent sur des pantalons loose ou rouges scintillants. La cravate étincelante de mini pierres s’enlace au cou en fine écharpe. La grande veste à longs poils bleu ciel est associée à un chandail jaune d’or tricoté mains et une écharpe bouclée. Des ensembles pyjama sont taillés dans des satins soyeux aux imprimés abstraits ou fleuris. Des pièces sportives en nylon, jersey ou coton, tels bombers, pantalons à coulisse ou débardeurs s’alternent avec des vestes coutures ou d’impeccables manteaux croisés noirs.

Ungaro, automne-hiver 2022-23 - DR


Chez Ungaro, l’homme adopte pour l’hiver prochain une élégance plus décontractée avec une touche arty et une allure sportive. Présentée dans un atelier désaffecté avec son plafond-verrière et ses murs délabrés, la collection imaginée par le directeur artistique Philippe Paubert nous immerge d’emblée dans un univers artistique, prenant des références ici et là dans les différents musées parisiens. Cette veine artistique se révèle surtout à travers la palette, les imprimés et les textures avec des jerseys, des laines bouillies et autres tissus bouclés.

En particulier, dans les mailles avec des modèles très désirables. Des pull-overs semblent tachetés comme les murs décrépis de l’atelier, d’autres présentent des motifs graphiques flous. Certaines pièces reproduisent des éléments abstraits ou bien sont tricotées dans une multitude de fils colorés rappelant la technique des peintres pointillistes, tandis que des effets camouflages semblent traités à la manière d’un Rothko. Les chemises aussi s’inspirent de la peinture contemporaine en jouant sur les dessins géométriques.

Les silhouettes sont fluides et confortables, mais toujours élégantes. Pour le soir, l’homme Ungaro maintient cette élégance chuchotée avec de sobres ensembles noirs, tout juste illuminés aux épaules ou revers d’une veste par de micro-perles noires brodées.

Courrèges, automne-hiver 2022-23 - ph Spyros Rennt



Courrèges a profité de la Semaine masculine pour y dévoiler sa nouvelle collection pour l’hiver prochain ainsi que sa pré-collection féminine. Hommes et femmes y affichent le même look très clubbing avec des références underground, notamment à travers des pantalons baggy ou des pièces workwear, qui font leur entrée remarquée dans l’univers de Courrèges habituellement très axé sur une esthétique futuriste aux coupes graphiques.

Jersey verni et satin stretch s’ajoutent cette saison aux latex, cuir et autres effets sky, que l’on retrouve dans des petits blousons à col fourré, vestes et pantalons ajustés, ainsi que dans une série de débardeurs moulants fendus par endroits au cutter.

Le designer Nicolas Di Felice joue sur les brillances en privilégiant le noir et le blanc, ainsi qu’un rouge Courrèges très Sixties. Les silhouettes sont à la fois simples et sexy. Le style clean, mais avec des clins d’œil au streetwear, via des jeans et autres pantalons taille basse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com