×
Publicités
Publié le
20 janv. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Paris, pleins feux sur la créativité avec Sankuanz et Rhude

Publié le
20 janv. 2022

Alors que la pandémie continue de perturber les Fashion Weeks, Paris maintient son pouvoir d’attraction, comme en témoigne la richesse de cette deuxième journée de défilés masculins dédiés aux collections de prêt-à-porter pour l’automne-hiver 2022-23. La créativité était au rendez-vous non seulement sur les podiums physiques, mais aussi sous forme digitale, avec le sportswear dark du Chinois Sankuanz et la garde-robe ultra chic et cool de Rhuigi Villaseñor, le designer californien d’origine philippine avec son label Rhude, qui vient de rallier Bally, .

Rhude, automne-hiver 2022-23 - DR


Ce dernier, qui vient d’être nommé à la direction créative du chausseur suisse Bally, séduit avec une collection masculine particulièrement réussie. La garde-robe Rhude pour l’hiver prochain mélange avec justesse, en effet, des pièces très sartoriales avec des éléments plus sportifs, en jouant sur d'audacieuses combinaisons de couleurs, qui donnent immédiatement de l’allure à la silhouette. A l’instar de ces gants de conduite en cuir jaune, cette paire de lunettes rouge ou ce béret Black Panther rouille associé à un costume de banquier. A noter aussi le col en fourrure rouge de ce manteau en cuir simili vinyle noir et cette chemise blanche à fermeture zippée.

Les vêtements, impeccablement coupés avec un soin extrême porté aux détails, insufflent une classe incroyable aux mannequins, chaussés de mocassins blancs, qui se meuvent avec une élégance innée, le carré en soie noué autour du cou, sur un air jazzy langoureux. Ils sont tout aussi chic dans leurs survêtements doux et fluides et dans leurs tenues de motard tout en cuir bariolées, protégés par de grandes écharpes éponge à motif damier.

Leur dégaine à la fois rétro et très contemporaine les rend cool sans effort et leurs habits tous désirables. De la veste croisée à rayure, au survêtement entièrement tricoté, en passant par les petits blousons fourrés, tartan ou en duvet, les manteaux aux couleurs vives (rouge coquelicot, jaune d’or) ou encore ce costume pyjama sombre avec ses boutons et liserés blancs associé à un manteau peignoir à larges rayures.
 

Sankuanz,automne-hiver 2022-23 - DR


Chez Sankuanz, le clash entre streetwear et couture se termine beaucoup plus mal...en nuit de cauchemar avec zombies aveugles, en tenue de soirée siliconée, empoignant leurs entrailles ! Le créateur chinois Zhe Shangguan frappe fort, choisissant de clôturer son défilé avec une série de looks coup de poing, où les mannequins, tout habillés de noir (maxi manteaux de cuir ou python parsemés de clous, robes en soie hérissées de pointes métalliques, fourreaux en satin et autre robe drapée en silicone), exhibent des sortes de boyaux en silicone, plâtre et résine -des œuvres de l’artiste Yuyu Wang-, qu’ils enserrent dans leurs mains ou qui leur enlacent cou et corps.
 
Dans la première partie de son défilé, le designer fait évoluer son univers street et sportwear un peu grunge vers un style plus formel avec des pièces plus chic et travaillées. Malgré ses airs débraillés avec sa braguette ouverte, le bad boy de Sankuanz ne sort jamais sans son chapelet à la main, affichant une certaine élégance. Ses ensembles jogging super confortables, décorés de dessins pop ou métaphysiques, sont associés à des chemises en soie ou des vestes de smoking strassées. Le blouson en reptile est bordé de fourrure.

Demi-finaliste du prix LVMH en 2015, Zhe Shangguan défile à Paris depuis janvier 2017, conservant son studio de style à Xiamen, dans la province du Fujian en Chine, où il a lancé sa marque en 2008. Il a multiplié les collaborations ces dernières saisons, notamment avec Crocs, Adidas, Puma et Herschel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com