×
Publicités
Publié le
8 avr. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Strasbourg, le Printemps ouvre en version luxe

Publié le
8 avr. 2013

Après 24 mois de travaux qui n'ont jamais entraîné de fermeture totale, le grand magasin présent à Strasbourg depuis plus d’un siècle a ouvert ses portes en pleine officialisation du changement de propriétaire de la société. Sept niveaux d'environ 1000 m² chacun accueillent la clientèle strasbourgeoise depuis le 6 avril.

La sélection Printemps du Luxe au rez-de-chaussée

Dès le rez-de-chaussée, l'espace "Printemps du luxe" offre une sélection d'accessoires haut de gamme dans un écrin contemporain où se côtoient Jérôme Dreyfuss, Chloé, Marc Jacobs, Valentino et Tom Ford. Au même niveau, les boutiques horlogerie et joaillerie ont aussi pris du grade, avec une nouvelle offre quatre fois supérieure à l'ancien grand magasin. Au sous-sol, le département beauté a été entièrement revu à la hausse avec une déclinaison du concept "La Belle Parfumerie" proposant des marques rares (Francis Kurkdjian, Kilian, The Different Company ou Aqua di Parma) entourées d’œuvres d'art comme on en retrouve à chaque étage de ce nouveau Printemps.

Symbole de la montée en mode, la première boutique Maria Luisa en région



L'espace de vente de l'ancien magasin, autrefois divisé en deux bâtiments, a été centralisé sur un seul édifice de 7000 m² entièrement repensés à la lumière de l'adage smaller but better, pour citer François-Xavier Dupont, directeur général de la chaîne lors de la visite de presse. Le concept et le service ont aussi été revus à la hausse. Outre le changement de peau radical, "l'amélioration de la qualité de service et de circulation" furent les chantiers les plus importants de cette rénovation, témoigne la directrice du magasin, Laurence Peiffer, dont le personnel a réussi à maintenir une activité commerciale tout au long des 22 mois de travaux du bâtiment rue de la Haute Montée.

Visible de loin, la façade laisse entrer de grands puits de lumière dans le magasin


La renaissance du Printemps Strasbourg commence dès la façade spectaculaire signée par l'architecte Christian Biecher, déjà auteur d'une impressionnante façade pour Harvey Nichols à Hong Kong. Signature forte visible depuis très loin dans cette ville ancienne, ce dispositif offre des puits de lumière naturelle aux étages du grand magasin. Notamment dans l'espace chaussures pour femme, d'une surface de 450 m² logés au quatrième étage par ailleurs consacré à la mode masculine formelle. La sélection de chaussures femme inclut un large spectre de griffes créatives (House of Harlow, Schutz, Maloles) ou plus classiques (Repetto, JB Martin).

Le troisième étage est entièrement dédié aux marques contemporaines où se croisent Hilfiger, Sandro, Façonnable et Paul Smith Jeans. Au-dessus, près de 750 m² sont consacrés aux griffes "city", de Hugo Boss présent dans une large surface à Alain Figaret sans oublier la marque Brummell.

Chez l'homme, on trouve aussi un premier exemple du nouveau concept de "bar à chemises" que l'enseigne de grands magasins doit bientôt dupliquer dans son réseau.
.

Le nouveau concept de bar à chemises du Printemps



La mode féminine - cette catégorie souveraine a été redéfinie à 40% - se répartit entre le premier et le deuxième étages, dans une partition contemporaine conforme aux lois du marché: Sandro, Maje et Chattawak tutoient ainsi Gérard Darel, Paule Ka et Devernois. L'espace lingerie occupe 435 m² dans une ambiance boudoir où cohabitent Chantelle, Lejaby, Triumph, Passionata ou encore Calvin Klein.

Une surprise attend la Strasbourgeoise dès l'entrée du premier étage: la première franchise Maria Luisa en région offre pour cette saison inaugurale une sélection sans risque permettant toutefois l'arrivée de griffes rares à Strasbourg: Carven, Helmut Lang, Acne, Isabel Marant et Vanessa Bruno.

L'identité visuelle de la boutique parisienne de Maria Luisa est respectée, et plusieurs autres citations visuelles d'Haussmann se cachent au fil du parcours client. Enfin au cinquième et dernier étage, le Printemps a choisi de mettre en valeur son offre maison, notamment celle de la marque Printemps, dans un décor d'appartement d'architecte.

La montée en gamme et en mode, déjà appliquée à Paris Haussmann, Lille, Parly 2, Deauville et Rouen se poursuit donc à Strasbourg avant de toucher les prochaines implantations de l'enseigne au Carrousel du Louvre à Paris, puis à Marseille (Terrasses du Port) et Cagnes-sur-Mer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com