×
Publicités
Par
AFP
Publié le
27 sept. 2017
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Taïwan, vieux maîtres et sang neuf font vivre la traditionnelle robe qipao

Par
AFP
Publié le
27 sept. 2017

Taipei, 27 sept 2017 (AFP) - Dans un atelier tranquille de Taipei, trois jeunes femmes cousent méticuleusement un vêtement porté autrefois au quotidien par une bonne partie de la gent féminine : la qipao. A Taïwan, une poignée de couturiers tentent de faire vivre son art.

AFP


Cette robe moulante chinoise traditionnelle a vu sa popularité varier au gré des soubresauts de la politique et de l'Histoire.

Lin Chin-te, 74 ans, est l'un des rares artisans taïwanais à continuer de coudre à la main ces tenues près du corps, au petit col montant, fendues des deux côtés et souvent brodées de fleurs ou de dragons.

Version longue en soie rouge, modèles courts en tissu plus facile à porter... son atelier regorge de qipao, confectionnées sous le regard attentif d'un maître fort de décennies d'expérience.

Naturellement, les qipao sur mesure sont beaucoup plus chères que les versions prêt-à-porter et les Taïwanaises n'en portent généralement que pour de grandes occasions comme les mariages.

Lin Chin-te, qui craint que les prochaines générations de couturiers ne se désintéressent de la qipao, embauche des apprenties pour perpétuer son art.

« Le maître est très patient », raconte l'une d'elles, Hung Chu-tsu, 37 ans, vêtue d'une qipao bleue et fleurie cousue par ses soins. « On commence par les bases et puis on apprend, point après point », dit-elle.

Hung Chu-tsu était infirmière mais, après avoir eu un enfant, a décidé de se lancer dans la couture. Son rêve est d'ouvrir son propre magasin et de vendre des qipao adaptées à la vie moderne.

« Voler de leurs propres ailes »

Lin Chin-te l'approuve. Il ne voudrait pas que ses 60 années d'expérience partent en fumée. « J'enseigne à mes élèves tout ce que je peux pour qu'ils volent de leurs propres ailes. »

La robe, qui était alors ample et longue, est née sous la dynastie mandchoue des Qinq, qui régna sur la Chine entre le 17ème siècle et 1911.

C'est dans le Shanghai des années 1920 qu'elle devint populaire, lorsqu'elle fut redessinée pour coller aux formes des femmes. Portée par les actrices et les intellectuelles de la « perle de l'Orient », la qipao est alors devenue le symbole d'une femme moderne qui montrait soudainement ses jambes et ses bras, la quintessence de la féminité et du raffinement.

Après la victoire des forces communistes en Chine en 1949 à l'issue de la guerre civile, la robe, devenue le symbole du capitalisme, tomba en disgrâce. Mais pas à Taïwan, où s'étaient réfugiés les nationalistes de Tchang Kaï-chek après leur défaite face aux troupes de Mao Tsé Toung.

Soong Mei-ling, l'épouse glamour de l'homme fort de Taipei, issue de la haute société shanghaienne, adorait les qipao. Elle influença les goûts vestimentaires des Taïwanaises jusque dans les années 1970, et de nombreuses femmes en portaient chaque jour.

Production de masse aidant, le vêtement perdit ensuite de son attrait. Certains couturiers expliquent aussi que la robe est associée à la culture continentale pour certaines jeunes femmes, qui s'en détournent par sentiment anti-chinois.

Aujourd'hui Lee Wei-fan, couturier de 25 ans ayant étudié sous un maître ancien pendant cinq ans, juge que les temps sont mûrs pour une renaissance de la qipao. Il a ouvert sa boutique voici six mois et sa clientèle comporte des futures mariées et des femmes d'affaires qui apprécient l'élégance du vêtement.

« Coeur joyeux »

D'après lui, les styles asiatiques traditionnels bénéficient d'un regain d'intérêt, dont il compte bien profiter : « Ceux d'entre nous qui maîtrisent un art plus rare seront les plus compétitifs. »

Ni Lin Chin-te ni Lee Wei-fan ne veulent révéler leurs tarifs. Un artisan demande en général 8.000 dollars taïwanais (223 euros) pour une robe sur mesure, un prix qui ne comprend pas le tissu.

Le façonneur de qipao le plus célèbre de Taïwan, Chen Chung-hsin, 65 ans, accepte régulièrement d'ouvrir son atelier aux groupes de touristes et aux écoliers. Il a dessiné les costumes de nombreux films, dont The Assassin du Taïwanais Hou Hsiao-Hsien primé à Cannes en 2015.

Il a reçu de son père son art et son atelier, et coud, dit-il, « le coeur joyeux ». « J'espère que davantage de gens se rendront compte que les qipao sur mesure sont différentes de celles du prêt-à-porter. Les miennes sont plus flatteuses », assure-t-il.

L'une de ses clientes les plus fidèles, Yogi Ma, une directrice de marketing de 42 ans, a lancé sur Facebook un « club qipao » pour que ce classique soit de nouveau porté quotidiennement. Yogi Ma juge que cette robe, « symbole de la beauté des Chinoises », s'adapte à toutes les silhouettes. « La qipao est très élégante, très jolie. »

Son club compte 4.000 adhérentes et organise divers événements - décoration florale, dégustation de whisky - où la seule condition est de porter une qipao.

En faisant la promotion de cette robe, elle veut aider à sa survie. « Si plus de femmes aiment la qipao, on ne manquera pas de gens qui voudront apprendre » cet artisanat.

Par Amber Wang

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.