×
Publié le
19 avr. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Accusé d’homophobie, Philipp Plein est blanchi par la justice américaine

Publié le
19 avr. 2022

Traîné en justice pour discrimination homophobe, Philipp Plein obtient gain de cause auprès de la Cour suprême de New York. Le tribunal de première instance de l’Etat de New York a totalement blanchi le designer allemand et fondateur de la maison de luxe qui porte son nom, dans une affaire qui l’opposait depuis plus d’un an à l’ancien directeur régional de ses boutiques à New York.


La justice américaine a donné raison au designer allemand - Philipp Plein


Ce dernier, Amro Alsoleibi, accusait l’entrepreneur de discriminations à son encontre, sur son lieu de travail, en raison de son homosexualité, une attitude ayant abouti selon lui à son licenciement injustifié. Dans un communiqué, qui fait suite au verdict du tribunal en sa faveur, la griffe explique que "l'ancien employé a utilisé de fausses allégations d'homophobie pour détourner l’attention quant aux méfaits commis au sein de Philipp Plein Americas Inc., qui ont conduit à son licenciement en 2019".

Embauché en 2018, Amro Alsoleibi avait en fait mis sur pied une fraude en détournant des fonds de l’entreprise, pour un montant de 100.000 dollars, qui étaient facturés pour des services fictifs à une société fantôme détenue par son ami et colocataire Tala Atassi. C’est en découvrant les faits, que Philipp Plein a procédé au licenciement de son manager, tel que le tribunal new-yorkais a pu reconstituer les faits, rapporte la maison de mode.

De son côté, le complice d’Amro Alsoleibi, Tala Atassi avait poursuivi le groupe de mode pour réclamer le paiement des services de recrutement s’élevant à 100.000 dollars. Mais comme le rappelle la maison, dans cette affaire aussi, elle a obtenu gain de cause. "Le 6 avril 2022, la Cour suprême de New York a jugé cette demande injustifiée. Elle a également statué que non seulement Alsoleibi n'avait aucune autorité pour embaucher son ami ou quiconque d’autre au nom du groupe Plein, mais qu'il avait en outre caché de tels contrats à son employeur".

"Je suis très heureux de cette décision qui rétablit les faits et répond à la tentative désespérée de M. Alsoleibi de discréditer ma réputation et de chercher à gagner de l’argent sur mon dos", commente dans le communiqué Philipp Plein. "Ma marque et ma société ont été construits de zéro à travers plus de vingt ans de dur labeur de la part de centaine de personnes, dont des personnes Lgbtq et hétérosexuelles, toujours représentées au sein de l’entreprise", poursuit-il.

" Je réagirai toujours contre les attaques comme celles de M. Alsoleibi, qui a d’abord essayé de me tromper, moi et mon entreprise, et puis a tenté aussi de tromper l’opinion publique et la presse en lançant de fausses accusations. Ma plus grande considération va au juge, qui a su reconnaître les faits", conclut-il.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com