×
Publicités
Par
Reuters API
Publié le
10 nov. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Adidas prudent pour la fin d'année face à la résurgence du coronavirus

Par
Reuters API
Publié le
10 nov. 2020

Adidas a prévenu mardi qu’il s’attendait à une baisse de ses ventes sur les trois derniers mois de l’année en raison des nouveaux confinements imposés pour lutter contre la pandémie de coronavirus, même s’il table sur un retour à la croissance en Chine sur cette période.


Adidas s'attend à une fin d'année complexe avec les confinements en Europe - Reuters



Le chiffre d’affaires de l’équipementier sportif allemand a baissé de 3% à 5,964 milliards d’euros au troisième trimestre et son bénéfice opérationnel a diminué de 12% à 794 millions d’euros. Les analystes tablaient en moyenne sur des ventes à 5,91 milliards et un bénéfice opérationnel à 723 millions pour la période.
L’équipementier sportif a indiqué que la résurgence du coronavirus avait entraîné la fermeture de certains magasins en plus d’une baisse générale de la fréquentation. Adidas s’attend désormais à un repli similaire des ventes au quatrième trimestre par rapport au troisième, sous condition que plus de 90% de ses magasins restent ouverts.

Le groupe prévoit néanmoins un retour à la croissance dans la région Grande Chine, où il s’attend à un bénéfice opérationnel au quatrième trimestre compris entre 100 millions et 200 millions d’euros.

Au troisième trimestre, les ventes d’Adidas ont augmenté de 4% en Europe, tandis qu’elles ont baissé de 1% en Amérique du Nord et de 5% dans la Grande Chine. Les ventes en ligne ont en revanche fait un bond de 51%.

Le concurrent allemand Puma a fait état de son côté d’un fort rebond de ses ventes en Amérique et en Europe, soutenu par la réouverture des magasins et l’essor de ses ventes en ligne.

A la Bourse de Francfort, l’action Adidas reculait de plus de 4% dans la matinée.
“Les perspectives à court-terme semblent moins constructives étant donné le niveau actuel de la demande et la reconstitution des coûts”, a écrit James Grzinic, analyste chez Jefferies, dans une note.

Emma Thomasson ; version française Charles Regnier, édité par Blandine Hénault
 

© Thomson Reuters 2020 All rights reserved.