×
Publicités

Adidas redémarre fort en Chine

Publié le
4 juin 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fin avril, Adidas annonçait des prévisions de repli d'activité de l'ordre 40% sur son second trimestre, après un premier trimestre qui s'était contracté de 19% à 4,753 milliards d'euros.


Un magasin Adidas à Shanghai - Adidas


Le géant allemand du sport était alors confronté partout dans le monde aux mesures de restriction liées à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le mois de mai a cependant livré quelques éléments rassurants au mastodonte du sport dirigé par Kasper Rorsted. Et les bonnes nouvelles viennent de Chine.

Le groupe, propriétaire de la la marque éponyme mais aussi de Reebok, annonce pour le mois de mai des résultats plus qu'encourageants sur ce marché phare.

"Alors que le trafic en magasins est resté inférieur au niveau de l'année dernière en mai, des efforts ciblés de revitalisation du retail ont conduit à des améliorations progressives depuis la réouverture des magasins, explique le groupe dans un communiqué. Le déficit de trafic a été plus que compensé par une augmentation des taux de conversion et la croissance exceptionnelle de l’activité e-commerce. En conséquence, les revenus sur la zone Grande Chine pour le mois de mai ont connu une croissance globale. Après le retour à la croissance plus tôt que prévu, Adidas prévoit désormais que les ventes de la Grande Chine pour le deuxième trimestre seront proches du niveau de l'année précédente."

Il y a un mois, la direction s'attendait à un repli par rapport au second trimestre 2019. A l'époque, Adidas avait enregistré une croissance de 14% de ses ventes.


Le chiffre d'affaires de la société s'est établi en 2019 à 23,640 milliards d'euros, en hausse de 8% par rapport à l'année précédente. La zone Grande Chine pesait alors plus de 5 milliards d'euros, derrière l'Europe et ses 6 milliards d'euros mais rivalisant avec l'Amérique du Nord et ses 5,3 milliards d'euros de ventes. Surtout, la région est hautement stratégique pour le groupe de par son potentiel de croissance mais aussi parce qu'il réalise là ses plus belles marges opérationnelles.

Ce retour à la croissance est donc une véritable bonne nouvelle pour le géant allemand qui précise toutefois qu'un quart de ses magasins européens sont encore fermés, ainsi que la moitié de ses activités en Russie. En Amérique du Nord et du Sud, ses réseaux sont encore très majoritairement à l'arrêt. L'impact global de la crise sera détaillé par le groupe lors de la présentation de ses résultats semestriels le 6 août.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com